Kevin Hatchi estime que les Hurlus doivent engranger le maximum dans leurs installations

MOUSCRON Comme vous avez pu le lire plus haut, Kevin Hatchi et Frédéric Jay se retrouveront avec plaisir sur la pelouse du Canonnier mais en bons compétiteurs qu'ils sont, ils défendront les couleurs de leurs clubs respectifs jusqu'au coup de sifflet final.

"Ce sera la deuxième fois de notre carrière que nous serons opposés sur le terrain", explique Kevin. "Nous avions joué l'un contre l'autre lors du premier match amical de préparation à Coxyde. La rencontre s'était soldée par un match nul. Mais samedi soir, ce sera une autre paire de manches. Ce sera un match entre deux concurrents directs dans le classement. Si nous perdons des plumes, ils prendront le large. Par contre, si nous parvenons à prendre la mesure de cette équipe montoise, nous passerons devant au classement."

Pour les Hurlus, la victoire est d'autant plus importante que cela leur permettrait de ne pas plonger dans les abîmes du classement général.

"Je ne suis pas un grand adepte des classements intermédiaires, les comptes se font au mois de mai", estime l'ancien sociétaire de Pontault, d'Auxerre, de Créteil et de Grenoble. "Et puis, dans la situation où nous sommes, pas la peine de calculer, il faut gagner. Surtout que nous accueillons Mons dans nos installations. À domicile, nous devons être intraitables, notre maintien au sein de l'élite passera par là."

Car à l'issue de cette rencontre, c'est bien de maintien qu'il sera question. Avec respectivement 22 et 23 points, Mouscronnois et Montois restent plus que jamais des candidats à la place peu enviable de barragiste.

"De notre côté, nous nous sommes compliqués la tâche", regrette l'Antillais de l'Excel. "Après un excellent départ, nous avons commis des erreurs que nous avons payées cash. Et aujourd'hui, nous sommes dans une situation délicate. Du côté de Mons, je constate qu'ils ont un peu les mêmes problèmes que nous la saison derniè- re : ils proposent un jeu très intéressant et bien construit mais ils ne sont pas toujours récompensés."



© La Dernière Heure 2007