envoyé spécial aux pays-bas Christophe Verstrepen

Prêté la saison dernière à Tubize (D2) pour se faire les dents et se frotter week-end après week-end à la réalité d’une vraie compétition, le jeune Montois Noë Dussenne (21 ans) est revenu au Tondreau avec de grosses ambitions.

"Cela doit être ma saison", relate celui qui s’astreint régulièrement à des séances supplémentaires pour travailler, par exemple, son jeu long. "Si je ne joue pas cette année, il sera temps de me poser des questions. La concurrence sera très grande puisque nous sommes cinq pour seulement deux places. C’est en défense centrale que l’entraîneur possède le plus de solutions. Sans faire le fanfaron, je peux vous dire que je ne me sens pas inférieur à mes concurrents directs. Peter Franquart a une bonne relance, mais je pense le dominer dans le jeu aérien et dans les duels. Daan Van Gijseghem est dur sur l’homme, je le suis aussi. Jérémy Sapina possède un bon jeu de tête. Je peux en dire autant. Seul Lorenzi est peut-être au-dessus de moi. Ce qui est certain, c’est que je vais bosser dur pour m’imposer. Et si je ne joue pas directement en début de saison, je serai déçu. Mais cela ne signifiera pas que je déposerai les armes. On a pu voir la saison dernière qu’un championnat est très long et que l’entraîneur aura besoin de tout le monde. Qui pensait, il y a quelques mois, que Nicolas Timmermans évoluerait à un moment en défense centrale."

Ayant pris 3,5 kilos (80 à 83,5) de muscle la saison dernière ("Pour être plus dur dans les duels"), le Montois est revenu enthousiasmé de son expérience dans le Brabant wallon : "J’ai gagné en expérience et en maturité", ajoute Noë Dussenne, dont le contrat expire en juin 2014 et qui compte une titularisation en D1. "Je suis plus calme quand j’ai le ballon. Mais je ne suis pas naïf. Je sais qu’il existe une certaine différence entre la D2 et la D1. En tant que défenseur, il faut afficher une plus grande rigueur et se méfier encore plus des attaquants car ils sont plus malins en Pro League que dans son antichambre. La moindre faute d’attention se paie cash. En tout cas, je ne me mets aucune pression sur les épaules. Je n’ai rien à perdre."

La présence d’un vrai Montois dans l’équipe ravirait bien évidemment les supporters de l’Albert : "Ce serait une fierté de pouvoir m’imposer à Mons , conclut le défenseur hennuyer. J’aime quand on ajoute le qualificatif montois derrière mon nom. C’est bien quand les fans d’un club peuvent s’identifier à des joueurs de la région. Cela apporte un plus dans les relations joueurs-supporters."

Et cela permet au club de conserver un cachet familial et régional…