25e journée. Charleroi-Anderlecht 20h30: Ariël Jacobs se méfie des Carolos

Le GB Anvers s'incline à La Gantoise

Bruges battu, le Standard prend le large

La 25e journée en chiffres

ANDERLECHT Les Anderlechtois voudront oublier la kolossale défaite de jeudi en tentant de s'imposer ce soir face à l'autre Sporting.

Une rencontre dont Ariël Jacobs se méfie particulièrement. "Affronter Charleroi maintenant, ce n'est pas un cadeau... pas plus que ne l'était Zulte-Waregem, observe l'entraîneur anderlechtois. Après notre qualification contre Bordeaux, une certaine euphorie s'était installée. Elle s'était tout de suite éteinte avec notre défaite au stade Arc-en-ciel. Cette fois, j'espère que nous vivrons tout le contraire ! Une victoire en championnat serait le meilleur moyen d'effacer la désillusion de jeudi."

En début de saison, le Sporting avait eu beaucoup du mal à se remettre de l'élimination des oeuvres de Fenerbahçe, qui lui avait barré la route de la Ligue des Champions. En sera-t-il de même suite à la claque bavaroise ? "Je ne pense pas. Les réactions après une déception dépendent de chaque joueur : certains voient l'Europe comme un moyen de se mettre en évidence, d'autres considèrent cela davantage comme un examen. L'important, c'est d'accepter de connaître des hauts et des bas. Pensez-vous que le Real Madrid a bien digéré son élimination contre l'AS Rome ? Non, mais il faudra bien l'accepter. Nous sommes dans le même cas, toutes proportions gardées... Il ne faut pas laisser le revers de jeudi trotter dans les têtes. J'ai d'ailleurs l'impression qu'il est déjà en grande partie évacué."

Anderlecht affronte Charleroi au plus mauvais moment : les Zèbres viennent de croquer l'ogre brugeois et ont encore de l'appétit... "Je sais que les Carolos nous attendent de pied ferme, poursuit Jacobs. Ils étaient déjà très motivés à la base et en ayant vu notre défaite contre le Bayern, ils voudront sûrement enfoncer le clou. Ne les laissons pas faire !"



© La Dernière Heure 2008