Stéphane Pauwels ne s’est pas fait des nouveaux amis du côté du Mambourg et du Sporting Charleroi.

Samedi soir, lors du multilive de Belgacom, le consultant de la chaîne s’est permis d’allumer Harlem Gnohéré, l’attaquant des Zèbres , en disant qu’il était "gros comme un cochon pour jouer au football", avant d’ajouter que le joueur comptait 15 kilos de trop.

Des propos assez maladroits de la part du chroniqueur envers un joueur qui bosse depuis des semaines pour retrouver son poids de forme et qui auraient pu en rester là si Facebook et Twitter n’avaient pas joué leur rôle de caisse de résonance en transformant les propos des Stéphane Pauwels pour qu’ils deviennent "Gnohéré est un gros cochon".

Contacté , hier, Stéphane Pauwels, qui a reçu des menaces anonymes par téléphone depuis les événements, ne cherchait pas à se dédouaner, mais regrettait la manière dont ses paroles ont été changées.

"Avec Marc Delire, nous parlions du secteur offensif de Charleroi et après avoir dit que la paire Rossini-Pollet ne fonctionnait pas et que Charleroi devait penser à engager un nouvel attaquant, j’ai évoqué le cas Gnohéré. J’ai dit qu’il était gros comme un cochon pour jouer au football . Cela s’est transformé dans certains médias par Gnohéré est un gros cochon . Ce qui peut être compris par : le garçon est quelqu’un de vicieux ou un pervers. Jamais je n’ai voulu dire cela et mon objectif n’était pas d’attaquer l’homme. Idéalement, cela aurait été mieux de dire qu’il possédait un problème de surpoids, mais tout le monde sait que j’utilise parfois des termes plus terre à terre. D’ailleurs, Marc Delire m’a directement répondu que j’y allais un peu fort et que j’étais aussi gros. Ce que j’ai acquiescé en ajoutant que je n’étais pas payé pour jouer au football."

En voulant utiliser un humour au deuxième ou au troisième degré, Stéphane Pauwels va une nouvelle fois attirer sur lui de nombreuses critiques, surtout du côté de Charleroi...

"Ce qui est dommage car dans mes autres analyses je soulignais le bon travail réalisé par Mazzù sur le terrain mais aussi par Mehdi Bayat dans les coulisses du club."

Pour une fois, Stéphane Pauwels semble avoir créé involontairement le buzz autour de sa personne. Et même si ses propos ont été transformés, la prochaine fois, le consultant y réfléchira à deux fois avant de critiquer aussi crûment un joueur...