Mercredi, Pepe n'avait pas l'impact qu'il avait lors des deux précédents clasicos

MADRID C'était l'arme anti-Messi, censée contrecarrer le FC Barcelone: Pepe, après avoir fait pencher la balance en faveur du Real Madrid en finale de la Coupe du Roi, a provoqué la chute des siens en étant exclu à l'heure de jeu mercredi en demi-finale aller de Ligue des champions.

C'était LA trouvaille de José Mourinho pour aborder cet historique +multiclasico+: remonter l'habituel défenseur central au milieu de terrain pour gêner Xavi et Iniesta, et même Messi dans ses décrochages. Résultat: le Barça avait toujours le ballon, mais cantonné dans ses bases, la relation avec l'attaque étant ainsi coupée.

Mercredi, Pepe n'avait pas l'impact qu'il avait lors des deux précédents clasicos, laissant Messi beaucoup plus libre de ses mouvements. Jouant de son physique imposant (1,88 m, 81 kg), il a encore une fois joué dur. Mais un peu trop cette fois.

Cinquante-septième minute. Il est fauché par Mascherano, qui récolte un carton jaune. Soixante et unième minute: Pepe se jette pied en avant sur la cheville de Dani Alves, alors que le ballon est déjà ailleurs. Moments de flottement, attroupement barcelono-madrilène autour de M. Stark, qui a déjà exclu le gardien remplaçant du Barça Pinto à l'issue de la première mi-temps pour un coup de poing.

Et Pepe n'en croit pas ses yeux: c'est rouge ! Le spectre du Pepe tacleur à hauteur de rotules et collectionneur de tibias resurgit soudain, avec par exemple le souvenir de ces dix matches de suspension reçus en 2009 après avoir ratissé avec ses pieds le dos de Casquero, milieu de terrain de Getafe, alors au sol...

Pepe aura beau faire son mea culpa et assurer que ce geste ne lui ressemble pas, le mal était fait. Surtout, son jeu dur confortera cette image, que ce soit en défense ou au milieu.

Hagard, amer, Pepe quitte le terrain. C'est le tournant du match. José Mourinho se lance dans un conciliabule avec Puyol, avant d'ironiser auprès du corps arbitral. Et l'entraîneur du Real est lui aussi exclu !

Sans broncher, il s'installe en bas d'une tribune et se met à griffonner furieusement sur son bloc-notes. Le coup de sang de son compatriote le contraint à revoir ses plans. Le jeu agressif prôné par Mourinho pour neutraliser le "toque" barcelonais trouvait là sa limite.

Et c'est là que le Real commençait à perdre pied, alors qu'il contenait jusqu'alors le Barça, se procurant même les occasions les plus nettes. Après la sortie de Pepe, les Catalans ne tardaient pas d'ailleurs à ouvrir le score, sur un but de Messi bien servi par Afellay (76e). Avant que le même Messi ne récidive (87e). Tiens, vous avez sorti le vitriol ?

Képler Laveran Lima Ferreira, dit Pepe (28 ans), sera suspendu au match retour, ainsi que Sergio Ramos, ce qui contraindra Mourinho à revoir son schéma défensif, soit le trésor tactique de Mourinho. Touchez pas au grisbi ? Trop tard.