Exit Dethier. Les pouvoirs publics n'envisageront l'avenir du RFCL qu'avec "un représentant fiable"

LIÈGE Les uns accusent la commune d'Ans de bloquer le dossier de construction d'un nouveau stade à Alleur et les autres s'étonnent de l'immobilisme de la direction du club. Quatre mois se sont écoulés depuis la fameuse réunion qui a rassemblé des représentants du club, l'autorité communale d'Ans et le vice-président du gouvernement wallon, Michel Daerden. Une réunion que Jules Dethier, président du RFC Liège, avait qualifiée de "très fructueuse" dans un communiqué qui avait été publié sur un forum de supporters.

Qu'en est-il aujourd'hui ? Si les pouvoirs publics réaffirment leur volonté de soutenir le RFC Liège, les discussions quant à son avenir ne pourront avoir lieu qu'avec un représentant fiable qui inspire une pleine confiance.

"Jules Dethier est persona non grata ! Que le football club liégeois réfléchisse bien et fasse ses choix" , a lancé Michel Daerden.

On l'aura compris, les pouvoirs publics ne veulent plus de lui com- me interlocuteur. Michel Daerden, le bourgmestre faisant fonction d'Ans, et les bourgmestres des communes de Seraing et de Saint-Nicolas ont établi un protocole d'accord qui sera adressé au conseil d'administration du club liégeois.

Saint-Nicolas, qui va introduire une demande de subsides en vue de procéder aux aménagements nécessaires au stade de Buraufosse, y accueillera le RFC Liège dès le premier août 2009. Seraing ne se dit pas opposée au fait de dépanner le club au-delà du 31 décembre 2008 comme prévu. Cela dit, le bourgmestre se dit prêt à refuser la rencontre de ce dimanche contre l'Antwerp si le club ne convoque pas bien vite une réunion pour assurer la sécurité.

Et du côté d'Ans, on confirme l'engagement pris d'aménager à Alleur un nouveau stade et l'école de jeunes.



© La Dernière Heure 2008