France

Il va de nouveau changer de club lors de ce mercato mais il n'a pas de contact

VALENCIENNES Janvier 2007 : Nantes. Août 2007 : Lens. Janvier 2008 : Anderlecht. Juil-let 2008 : Valenciennes. Janvier 2009 : sans doute plus Valenciennes et certainement pas un autre club français.

Après sa signature dans le Nord de la France, Luigi Pieroni nous avait confié qu'il "voulait enfin se poser et trouver la stabilité" et que "j'avais déclaré que je ne voulais plus évoluer en France mais seuls les imbéciles ne changent pas d'avis."

Six mois sans temps de jeu plus tard (327 minutes, deux buts), il va quitter Valenciennes et affirme de nouveau qu'il ne veut plus entendre parler de la L1 .

Luigi, comment allez-vous ?

"Je m'entraîne, mais je dois reconnaître que je ne suis pas très heureux. Je ne suis pas au courant de contacts actuellement, mais il est pratiquement acquis que je vais bouger lors de ce mercato ."

On est loin de la stabilité que vous recherchiez...

"J'aurais aimé la trouver mais je dois me résoudre à vivre avec cette réalité du foot. Ce n'est pas grave, je fais tout pour rester en forme."

Valenciennes est prêt à vous louer six mois gratuitement à condition qu'on prenne votre salaire en charge. Quel genre de défi vous attirerait ?

"Celui où je pourrais jouer, me faire plaisir et marquer des buts car je nourris une immense envie de reprendre du plaisir sur un terrain. J'avoue, cette fois-ci, que j'en ai vraiment marre du championnat de France. J'en ai fait le tour. La Belgique est une possibilité mais dans un club ambitieux (NdlR : il n'est pas chaud, par exemple, à l'idée de venir à Mons)."

Comment expliquez-vous votre échec à Valenciennes ?

"Quand une équipe ne tourne pas, elle marque peu, elle est souvent amenée à défendre et les attaquants ont peu de ballons et prennent un minimum de plaisir. Qui plus est, on a souvent joué avec un seul avant alors que nous étions quatre attaquants, cinq depuis l'arrivée de Darcheville. Le coach m'avait attiré en me parlant d'un système à deux avants dans lequel j'allais me régaler, mais ça ne tourne pas toujours comme on le souhaite."

Vous aviez pourtant marqué deux buts avec très peu de temps de jeu.

"Revenu de blessure, j'avais marqué très vite et enchaîné trois bons matches. Puis, j'ai eu un petit coup de mou et je ne bénéficie pas d'assez de crédit pour conserver ma place quand ça va moins bien."

Un souhait ?

"C'est vrai que je tâtonne depuis un moment et, croyez-moi, à la longue, ça me fait ch... et j'éprouve de plus en plus de difficultés à relativiser ces déboires, mais j'espère que les clubs ne seront pas réticents à me faire confiance car je peux retrouver mon niveau. Je me sens bien, j'ai juste besoin de pouvoir m'exprimer."



© La Dernière Heure 2009