Albert Cartier veut une revanche après le couac survenu à Saint-Trond


Des adieux et une succession...

Les pronostics de Robert Waseige

Championnats belge et européens

MONS Le hasard du calendrier a voulu, comme la saison dernière, que le Sporting bruxellois clôture sa campagne au Tondreau. Le contexte sera toutefois différent, puisque les Mauves ont encore besoin d'un point pour assurer leur deuxième place.

Mons étant sauvé, les conditions sont réunies pour assister à un vrai match de gala. "Mais si on joue comme on l'a fait en seconde période à Saint-Trond, on risque d'être ridicule", prévient Albert Cartier, qui ne coachera pas à Genk et qui donnera sa réponse aux dirigeants montois demain. "Anderlecht sera gonflé à bloc, pas comme la saison dernière. Les Bruxellois venaient de fêter le titre et on a vu, lors de Charleroi - Standard, les effets que cela pouvait avoir. Pour le Sporting, la qualification pour la Ligue des Champions vaut un titre."

En cas de succès, le bilan du coach vosgien, déjà exceptionnel (23/42), prendrait des allures de miracle. Il faudra pour cela enrayer une spirale de cinq partages consécutifs. "Ce bilan fait partie des points positifs, et c'est le fruit du travail des deux scouts, du staff, du corps médical et surtout des joueurs. Pas mal ont pris des risques, faisant un peu plus abstraction de leur vie familiale, mais ils se devaient de le faire. Malgré tout, ce bilan serait plus beau encore si on était parvenu à gagner plus de rencontres. Je pense à celles au Brussels, à Roulers, face à Dender ou à Saint-Trond. Mais, comme on dit, c'est dans l'art de finir qu'on reconnaît l'effort."

Un effort auquel il faut associer Albert Cartier, sans qui rien de tout cela n'aurait peut-être été possible. "Il s'est passé beaucoup de choses en interne. J'ai exigé qu'on vive ensemble, dans une bulle à l'abri des parasites. La communication fut essentielle, notamment après une victoire. Par exemple, dans la foulée du 4-0 de Gand, j'ai félicité le secteur défensif, qui avant autant de mérite. Bref, ce fut une expérience qu'on ne peut pas expliquer en dix minutes."



© La Dernière Heure 2008