Michel Preud’homme évoque quelques-uns de ses anciens poulains…

À l’époque, vous aviez voulu transférer Jovanovic et Tchite à Al Shabab. Sont-ils encore sur vos tablettes ?  

"Non. L’an dernier, Jovanovic voulait absolument venir, mais sa femme ne voulait pas vivre en Arabie Saoudite. À partir de là, pour moi, c’était terminé. Tchite, je le voulais aussi mais l’histoire a un peu traîné en longueur. Certaines personnes ont joué un jeu mais moi, je ne joue pas ! Actuellement, on peut encore faire venir un étranger. On cherche un numéro 10 gaucher, mais personne n’a le profil dans le championnat de Belgique. Un joueur m’aurait intéressé : Mbokani ! Vous l’auriez imaginé en Arabie ? (Rires) Mais son choix était fait… "

Étiez-vous surpris qu’il n’ait pas rejoint un grand championnat, lui qui était le roi en Belgique ?  

"C’est un peu malheureux parce que Dieu a clairement les qualités pour jouer en Angleterre ou en Italie. Mais il gagne sans doute mieux sa vie en Ukraine. Il ne faut pas non plus sous-estimer la puissance d’un club comme Kiev ! Dieu a fait un choix, comme je l’ai fait en signant à Al Shabab. Je n’ai aucun regret et je n’en aurai jamais."