Selon le portier ivoirien, tout a démarré par une insulte de l’Anderlechtois. Celui-ci a préféré minimiser l’incident

LOKEREN Les deux hommes s’étaient rapprochés pour la traditionnelle accolade d’après-match. Mais celle-ci a bien failli tourner au combat de rue. Après quelques mots échangés, Silvio Proto et Copa, deux joueurs pourtant réputés pour leur fair-play, en sont même venus aux mains.

Comme souvent dans ces cas-là, la version diffère selon le camp dans lequel les acteurs se trouvent.

Le portier ivoirien avait été le premier à s’expliquer devant les médias.

“Je suis très déçu de Proto. Je lui ai dit qu’il fallait jouer, arrêter de perdre du temps et respecter le jeu. Là, il se permet de m’insulter. Il m’a dit : Fils de pute, va te faire enculer (sic). Ces mots sont lourds. C’est gonflé. Parce qu’il joue à Anderlecht ? Anderlecht ce n’est qu’une équipe de football comme toutes les autres. Je demande un minimum de respect ! Je ne l’ai pas insulté, je n’ai pas eu le moindre mot déplacé, mais je me fais insulter. Je n’aurais pas imaginé cela de Proto. J’ai des parents, j’ai une famille et il en a une aussi. Si c’est moi qui avais tenu ces insultes, cela aurait fait un tabac dans la presse ! J’espère que maintenant, Proto va présenter ses excuses. S’il ne le fait pas, je ne sais pas si je lui parlerai encore.”

À la fin de son interview, Copa évita soigneusement Proto, qui sortait à son tour des vestiaires.

Le gardien anderlechtois avait choisi de calmer le jeu.

“Je n’aime pas aller parler dans la presse de ce qui se passe sur le terrain, indiquait-il. Je suis juste allé le saluer et lui dire qu’il avait bien joué. Mais il a eu à mon égard des paroles que je n’ai pas appréciées. Vous savez, il faut rester humble, dans la défaite comme dans la victoire. Puis il m’a attrapé par le cou : il y a des choses qui ne se font pas sur un terrain de football. Mais je ne lui en veux pas pour autant. Ça peut arriver. Moi aussi, j’ai déjà mal réagi après une défaite. Pour moi, l’incident est clos.”

Confronté aux propos de Copa, Proto acceptait de faire amende honorable… du moins en partie. “Moi, je veux bien m’excuser pour cet incident, mais je ne l’ai ni insulté ni pris à la gorge.”

Messieurs, essayez simplement d’éviter cela lors du match retour.



© La Dernière Heure 2011