Charleroi ne compte plus sur l'Argentin et Jovial risque gros...

CHARLEROI "Leiva est ménagé pour raisons privées."

En fait, au contraire du joueur, le Sporting n'a pas pris de décision avant Mouscron-Charleroi. Il la subit plutôt puisque l'Argentin refuse de s'entraîner et de jouer tant qu'il n'a pas obtenu gain de cause dans le litige qui l'oppose à Anderlecht concernant la diminution de son salaire net suite à la nouvelle fiscalité pour les étrangers. Son coup de sang antérieur était sans doute déjà dû à ce paramètre, même si sa néo-paternité fit alors l'affaire...

Le matricule 22 est à nouveau victime dans ce dossier et est contraint de laisser Herman Van Holsbeeck faire face aux revendications de Leiva. Les deux hommes se verront aujourd'hui mais le manager mauve a déjà laissé entendre que le médian pourrait se brosser ... "Cristian n'entre plus dans nos plans de sélection suite à ses absences et à son comportement, même si on le comprend et que l'on essaye d'intervenir auprès d'Anderlecht pour solutionner la situation" , explique Pierre-Yves Hendrickx. Charleroi est confronté à un cas semblable, avec Jovial, prêté à Namur et qui n'a plus donné signe de vie après être retourné chez lui pour enterrer sa mère : "Brice risque la rupture de contrat s'il ne donne pas de nouvelles, ainsi qu'à Namur."

Quid de Camus et de Pino ?

Un mot aussi sur les dossiers médicaux gérés à distance. La Faculté aurait aimé que Camus entame sa revalidation à Charleroi cette semaine mais le joueur a décidé de passer le stade de la kiné passive auprès de sa famille. Sauf si la direction lui intime l'ordre de revenir, il sera là dans 15 jours. Pour Pino, le médecin de Monaco a donné signe de vie en fin de semaine dernière et doit maintenant obtenir l'autorisation de la direction principautaire pour le renvoyer à Charleroi.



© La Dernière Heure 2008