Quelles furent les écoles de jeunes les plus performantes cette saison ? Voici notre ranking 2016…

Comme chaque année depuis la réforme des jeunes et l’instauration des labels, la DH a cherché à savoir quels étaient les centres de formation les plus performants du Royaume, à la lumière des résultats enregistrés par les Élites (les jeunes des clubs de Pro League et de Proximus League), dans les séries où sont établis des classements (matches à 11 contre 11 à partir des U13). Nous ne pouvons plus établir de ranking pour les Interprovinciaux de l’association francophone (ACFF) de l’UB car un système de descente et montée fut instauré il y a un an, et les séries ne sont donc plus formées par les mêmes clubs.

Bien sûr, formation ne rime pas avec compétition : la championnite est l’ennemie des entraîneurs de jeunes. L’école la plus performante n’est donc pas nécessairement celle qui délivre le meilleur enseignement, mais notre classement reste instructif.

En Élites 1 (les 16 clubs de Pro League), le même Big Four truste, comme les trois dernières saisons, les quatre premières places. Mais le Standard (1er en 2015) n’est plus leader. Anderlecht (1er en 2012, 2013 et 2014) retrouve la plus haute marche du podium. Les Mauves ont remporté 4 des 6 titres mis en jeu (grâce aux U13 d’Oleg Iatchtchouk, aux U14 de Noureddine Moukrim, aux U15 de Roel Clement et aux U17 de René Peeters); Bruges (U16) et les étonnants U19 de Saint-Trond complétant le palmarès. Les Rouches, qui avaient gagné 3 titres en 2015, sont, cette fois, bredouilles. Et ils retombent à la 3e place de notre ranking, derrière Bruges et devant Genk…

Charleroi continue sa progression : 7es désormais, les Zébrions étaient 9es l’an dernier, 12es en 2014 et 15es en 2013. Ils devancent Mouscron grâce au meilleur classement de leurs U16.

En Élites 2 (Proximus League), Eupen, 2e l’an dernier et débarrassé de Saint-Trond (vainqueur 2015 mais promu en D1) et du RAEC Mons (3e… mais disparu), prend le leadership. Les jeunes germanophones ont glané un titre (U14). Ils devancent Tubize, sacré deux fois (U15 et U17), et le Cercle. Si Seraing (6e), Virton (7e) et le White Star (9e) se sont honorablement comportés - au contraire des Unionistes, à la traîne (14e sur 17) -, on regrette que ces trois écoles de jeunes quittent les championnats d’élite, par la faute de leurs équipes premières qui n’ont pas su se classer en ordre utile en Proximus League… ou qui vont disparaître du paysage professionnel à cause de problèmes extrasportifs (les jeunes du White Star suivant le même triste chemin que ceux du RAEC Mons il y a douze mois).

La réforme des championnats réunira en effet en 2016-2017 les 24 centres de formations des clubs professionnels dans une nouvelle mouture de compétition…


Comment avons-nous procédé pour établir notre ranking jeunes 2016 ?

- Nous avons passé au révélateur de leurs résultats 2015-16, les clubs Élites 1 et 2 (D1&D2), des catégories U13 (les premières où est établi un classement) aux U19.

- Nous attribuons 16 points à une équipe qui a terminé 1re d’une série de 16 équipes… jusqu’à 1 point pour la dernière de ce même classement (donc de 17 à 1 pour les Élites 2). En additionnant tous les points, nous savons quels clubs furent les plus performants cette saison. En cas d’égalité, la meilleure place dans les différents championnats est prépondérante (entre parenthèses, le classement 2015).



Interprovinciaux ACFF

Les Champions : RUW Ciney 2X ( U14, U15), E lsautoise ( U19), FC Liège ( U17), UR Namur ( U16). Il n’est plus possible d’établir un ranking, les séries n’étant plus identiques selon les catégories (système de montée-descente instauré depuis un an).

Iris League

Les Champions : Anderlecht 2X ( U16, U17), Crossing Schaerbeek ( U15), Etterbeek ( U14)


Ce qui change en 2016-2017

Les championnats de jeunes vont subir de nouvelles modifications. Explications…

Les pros (U13 à U19)

La réforme chamboule aussi les championnats de jeunes Élites 1 et Élites 2. Dans les catégories U13 à U19, les 24 clubs professionnels (les 16 de laJupiler Pro League 2015-2016 + les 8 montants de Proximus League, soit Eupen, Antwerp, Tubize, Cercle, Union, Lierse, Lommel et Roulers) seront répartis en deux séries. La A reprendra les 12 équipes ayant le meilleur classement qualitatif, soit leurs performances cette saison (notre ranking est-il un bon baromètre ?) plus des critères extrasportifs (infrastructures, entraîneurs diplômés, etc.). Les 12 autres joueront dans la série B. La composition de ces séries sera communiquée la semaine prochaine. Les clubs actuels d’Élites 1 espèrent faire partie de la série A, dans laquelle figureront certainement les grosses écoles de jeunes (Anderlecht, Standard, Bruges…) C’est le cas de Charleroi ou de Mouscron, qui ont prouvé cette saison (voir notre ranking jeunes) qu’ils y avaient leur place.

À l’issue de la phase classique, un classement sera établi suivant les résultats de toutes les catégories (sur le modèle de notre ranking). Toutes les équipes des 8 meilleurs clubs de la série A disputeront les playoffs 1 avec un titre de champion à la clé. Les 4 derniers clubs de la série A et les 4 premiers de la série B joueront les playoffs 2. Enfin, les 8 derniers clubs de la série B joueront les playoffs 3.

Les Pros (U9 à U12)

Les séries ne sont pas réparties qualitativement mais géographiquement avec une série A pour 12 clubs de l’Ouest et une série B pour 12 de l’Est du pays. À l’issue des matches aller-retour, les équipes sont reparties en trois nouvelles séries de 8. Tout cela sans classement…

Les interprovinciaux

Pour la saison 2016-2017, il y aura désormais deux séries de 12 équipes (au lieu de 2 x 11 cette saison) et donc 24 équipes interprovinciales ACFF et plus 22. Les derniers de chaque série seront relégués et remplacés par deux équipes sacrées dans les championnats provinciaux. Ces mesures visent à récompenser les petits clubs qui travaillent bien et disposent de jeunes joueurs talentueux.

Nouveaux labels étoilés

Pour que tous les clubs investissent dans la formation des jeunes, la Fédération francophone (ACFF) a distribué des étoiles : un nouveau système de label détermine désormais le niveau des écoles de jeunes sur 3 niveaux (1, 2 ou 3 étoiles). Des labels indispensables pour évoluer à un certain niveau (interprovincial, provincial ou régional)…