Fabian Cremers démontre que le RBDB restera quoi qu’il arrive entre de bonnes mains

BOUSSU-BOIS Ces dernières semaines, on a souvent entendu, en provenance de Boussu-Bois, la même rengaine concernant une pourtant hypothétique qualification pour le tour final : “N’oubliez pas que nous avons deux matches de retard sur nos concurrents.”

Mercredi, à Tubize, les Boussutois ont justifié par l’absurde les craintes à leur sujet, à savoir qu’ils n’ont pas (encore ?) l’étoffe d’un candidat à la montée.

Dans l’absolu, un partage à Tubize n’est pas un mauvais résultat en soi. Il est malheureusement insuffisant pour une équipe qui abattait sa toute dernière carte.

“Au vu de la seconde période, la déception est grande” , souffle Fabian Cremers. “Malheureusement, comme au match aller, Damien Lahaye a sorti une grosse prestation entre les perches tubiziennes en détournant notamment le penalty de Koffi. On a clairement perdu deux points.”

De quoi pousser le vestiaire à faire une croix sur le tour final, faisant de la venue d’Audenarde, prévue samedi, un match sans grande importance.

“Ce n’est plus l’objectif principal, même si on va continuer à aborder chaque rencontre dans l’espoir de l’emporter” , signale le gardien originaire de Bruxelles, mais qui est passé par Tubize lorsqu’il était jeune. “J’y ai eu de bons entraîneurs, mais je n’y suis resté que deux ans et on ne peut pas dire que j’ai été marqué par le club. Je me suis davantage identifié au RWDM, puis au Sporting de Charleroi.”

Alors que William Dutoit s’apprête à entamer sa revalidation, son substitut, qui n’a toujours pas signé son nouveau contrat, démontre que le club pourra lui faire confiance en cas de départ du numéro un.

“On ne peut en tout cas pas me reprocher de ne pas donner le meilleur de moi-même.”



© La Dernière Heure 2013