Mouscron affronte coup sur coup St-Trond, l’Antwerp et Waasland-Beveren.

Le calendrier des trois prochaines rencontres de l’Excel Mouscron s’annonce déterminant pour définir les objectifs que pourraient avoir les Hurlus d’ici la fin de la phase classique.

"Nous jouons Saint-Trond, l’Antwerp et puis Waasland-Beveren", détaille Mircea Rednic. "Soit toutes des équipes dans le Top 6 ou aux portes du Top 6 . C’est drôle car en début de saison, on nous mettait tous dans la lutte pour le maintien. Et regardez où nous nous situons. C’est bien la preuve que l’argent n’est pas toujours important dans le football. Quand je nous compare au Standard : avec le seul Marin, ils ont déboursé la moitié de notre budget…"

La semaine dernière, le Roumain avait évoqué ses rêves de PO1. Et la défaite face au Standard ne semble pas avoir eu d’impact sur ses envies.

"Oui je crois toujours aux PO1 . Mais pour cela, nous devons gagner ce jeudi au Stayen. Mais il ne faudra pas entrer dans la rencontre sur la pointe des pieds. Il faudra rentrer dans les duels."

Car Mircea Rednic connaît bien la mentalité trudonnaire.

"J’y ai joué une saison. Saint-Trond, c’est une formation qui est très forte dans les duels, qui ne lâche rien. Elle est poussée par un public qui aime les gars qui vont au charbon. Cette équipe est enthousiaste en ce début de saison, tout en proposant une belle discipline. Seul Charleroi est parvenu à s’imposer sur le synthétique du Stayen."

Les Hurlus se sont préparés sur le synthétique de leur centre de formation. "C’est un jeu plus rapide mais je pense que nous avons assez de qualités dans le groupe pour faire la différence. Ce que j’attends aussi de mes joueurs, c’est de la concentration. De la première à la dernière minute de jeu. On ne peut plus se permettre de donner des buts en fin de match comme cela a été le cas face à Malines ou à Genk. Sans cela, nous aurions quatre points en plus au général."

Mouscron devra aussi soigner sa finition. Face au Standard, les Hurlus ont manqué de réalisme devant le but de Guillermo Ochoa. "Ils devront simplement se donner à fond. Nous connaissons nos limites mais nous savons aussi de quoi nous sommes capables."

Le triptyque le plus important de la saison débute ce jeudi.

"Changer ? Je n'ai pas le choix"

Une nouvelle fois, Mircea Rednic va opter pour un quatre arrière différent. Par rapport à la défaite de vendredi dernier face au Standard, le Roumain se passera des services de Dimitri Mohamed, Christophe Diedhiou (blessés) et de Sébastien Locigno (choix). Seul Aristote Nkaka gardera son poste.

"Je suis contraint de faire comme cela en fonction des blessures des uns et de la fatigue des autres", déplore l’entraîneur des Hurlus. "Je sais que ce n’est pas bon de changer comme cela régulièrement. Le souci, c’est que je n’ai pas le choix."

Mais Mircea Rednic se veut confiant. "Ce quatuor, c’est celui que j’avais aligné en début de saison à Ostende."

Les Hurlus s’étaient imposés 0-1. La semaine suivante, avec la même défense, ils ont perdu 2-5 face à Charleroi.