Helmut Graf a flashé sur Zuka et regrette quelques points laissés en chemin

EUPEN Ancien de la maison eupenoise, Helmut Graf a vu de nombreux matches des Pandas depuis les trois coups. Analyse.

Helmut Graf, comment jugez-vous l’évolution d’Eupen depuis le début de la campagne ?

“La phase d’apprentissage et des événements extérieurs ont causé une entrée en matière délicate, mais par rapport au premier match de D1, on entrevoit des progrès. Il y a une vraie équipe sur le terrain, avec plus d’organisation défensive et du caractère.”

Remercier Danny Ost était la solution après cinq matches ?

“Au moment de la montée, il aurait fallu le confirmer... ce jour-là et ne pas attendre. Puis, peut-être ne lui a-t-on pas laissé le temps nécessaire ? Mais le club n’avait plus de temps à perdre ! Avec 0 sur 15, le moment de changer devenait, hélas! inévitable.”

Et l’épisode Capuano ?

“Un couac ! Mais, à raison, il ne voulait pas se laisser dicter ses choix de sélection.”

Jusque-là, un problème physique était redondant.

“Quand il n’y a pas, dans un groupe comme celui d’Eupen, des qualités aussi réelles que celles présentes à Anderlecht ou au FC Bruges d’il y a quelques années, le physique doit être optimal. C’est dans ce cas seulement qu’un groupe peut exprimer un grand cœur.”

L’arrivée de Cartier a-t-elle donc été prépondérante ?

“Il sait comment mener un effectif ! Et, maintenant, l’équipe tient la distance durant 90 minutes. Une différence marquante.”

Quels ont été vos coups de cœur et vos déceptions ?

“J’aime beaucoup Zukanovic. Non seulement il organise bien sa défense, mais sa présence dans le jeu aérien est un atout offensif. Il y a d’autres talents avec Lepiller ou Jadid. Par contre, d’un point de vue mathématique, Eupen devrait compter quelques unités supplémentaires. Une carence qui aurait été comblée si Albert Cartier avait effectué toute la préparation ! Ce qui n’empêchera pas Eupen de se sauver !”



© La Dernière Heure 2010