La vie continue pour le staff, déçu mais guère surpris du départ de Riga

MONS José Riga n'était pas aussi proche de tous ses adjoints et c'est logique. Entre l'ex-coach de Mons et Bernard Smeets, les liens dépassaient le cadre du vestiaire.

"C'est lui qui m'avait fait venir et on faisait la route ensemble", rappelle le préparateur physique, déçu. "Com- me souvent, c'est l'entraîneur qui paie la faute collective. Mais la vie continue et il faut essayer de sauver le club. José en a autant envie que nous. Je dirais qu'on se retrouve dans la même situation qu'Anderlecht. Bons l'an dernier, les Bruxellois ont payé le départ de leur buteur, Tchite. Ce qui a provoqué les mauvais résultats et le limogeage de Vercauteren."

Amis, José Riga et Bernard Smeets se sont entendus.

"Il a appelé tous les membres du staff. Ce qu'il nous a dit ? Il est déçu car il laisse derrière lui deux ans de travail. Tout le monde espérait mieux mais j'espère pour lui qu'on ne retiendra pas le dernier mois. Est-il abîmé ? Il l'était déjà ces dernières semaines..."

Qu'en est-il des dissensions à l'intérieur du staff dont on a parlé ? "Fatalement, on n'est pas toujours d'accord mais on exagère le débat", tempère Michel Wintacq, qui a assuré, hier, le plus court intérim de sa carrière. "C'est quand même le coach qui avait la décision finale. Bref, il y avait de petites tensions mais ça fait partie du job."

Après Brio, Daerden et Riga, le T2 va connaître Albert Cartier.

"J'ai pu m'apercevoir que sur le banc, il savait donner de la voix ! Il a de l'autorité. Ce qu'il attend de nous, on le saura aujourd'hui..."



© La Dernière Heure 2008