Football

Le Ninovite a signé pour deux ans au Club

BRUGES Le football belge a récupéré un de ses fils prodigues, en disgrâce hors frontières : Wesley Sonck s'est lié, hier midi, pour deux saisons au Club Bruges. Il aura coûté un million d'euros.

La pénitence allemande du buteur ninovite au Borussia Mönchengladbach s'est ainsi achevée de la plus heureuse manière qui soit : "Depuis cinq mois, je ne jouais plus au football en compétition", avoue le goleador brabançon. "Je n'étais plus du tout en cour au Borussia. Je ressens donc une envie immense de recouvrer le plus vite possible toutes les sensations qui ont été les miennes tout au long d'une carrière longue, déjà, de dix saisons".

Le Club Bruges n'a pas hésité longtemps à acquérir les services d'un Diable Rouge - 37 sélections - qui s'est réellement révélé au Germinal Beerschot, qui s'est épanoui au Racing Genk avant d'aller tenter sa chance à l'Ajax Amsterdam, puis au Borussia Mönchengladbach.

"Nous avions toujours souhaité reprendre la compétition avec un noyau de vingt-six éléments", rappelle le manager Luc Devroe. "Les départs de Balaban, d'abord, de Yulu-Matondo, ensuite, ont fragilisé notre secteur offensif. Nos possibilités financières nous permettaient de l'étoffer. Les atouts de Wesley Sonck, dont nous avions coché le nom il y a quelque temps déjà, sont patents : il est belge, il est expérimenté et, à vingt-neuf ans, il ne peut pas être considéré comme un... vieux joueur. Mais aussi, il a une soif inextinguible de revanche. Ce sentiment qui l'habite en permanence le rendra plus redoutable encore pour les défenses adverses. C'est, du moins, l'espérance que nous cultivons au club."

Wesley Sonck frétille d'impatience de rejouer enfin : "Quand un grand club comme Bruges vous sollicite, vous ne réfléchissez pas longtemps, surtout dans ma situation. Les atouts du Club ? Il émarge au top en Belgique, il jouit d'une réputation flatteuse, il compte un grand nombre de supporters et il joue le titre chaque saison. Je vais, très vite, m'adapter et m'intégrer. Il me tarde de retrouver le rythme de la compétition pour entrer vraiment en concurrence avec les titulaires actuels."

L'opération n'a été rendue possible que parce que Sonck a consenti un gros effort sur le plan financier.



© La Dernière Heure 2007