Karel Geraerts et Mathieu Assou-Ekotto forment une paire très complémentaire

SCLESSIN Souvent incriminée pour sa propension à jouer offensivement, la ligne médiane liégeoise a retrouvé une stabilité qui lui avait trop souvent fait défaut durant le premier tour du championnat. L'arrivée de Mathieu Assou-Ekotto n'y est pas étrangère. Et Karel Geraerts est d'ailleurs le premier à s'en réjouir. «Nous nous sommes immédiatement bien entendus, remarque le Limbourgeois. J'ai d'ail- leurs partagé ma chambre avec lui lors de notre stage au Portugal. C'est un garçon très sympathique. Il me parle beaucoup sur le terrain et en dehors. Son arrivée a complètement modifié notre façon de jouer. Juan Ramon Curbelo est un très bon joueur mais son tempérament est beaucoup plus offensif que défensif. Mathieu est un joueur plus expérimenté dans ce domaine.»

«Je pense aux Diables!»

Et si le Standard n'a encaissé qu'un seul but lors de ces trois dernières rencontres, c'est, en partie, grâce à la complémentarité qui est née entre les deux médians. «Lors de notre stage au Portugal, nous avons pourtant nourri quelques inquiétudes, avoue le Limbourgeois. Nous avions encaissé huit buts en l'espace de deux rencontres seulement. Mais nous avons travaillé et procédé à quelques réajustements qui ont porté leurs fruits. Il faut bien avouer que nous débutions dans notre nouveau système de jeu et que nous ne nous connaissions pas encore. Maintenant, nous avons appris à mieux nous connaître. J'occupe aussi un rôle un peu différent dans la mesure où je joue entre Mathieu et Wamberto. Je dois donc couvrir beaucoup d'espace mais je peux aussi m'autoriser quelques incursions offensives. Si nous parvenons à préserver nos buts vierges, nous savons que nous nous créerons les occasions nécessaires pour nous imposer.»

Et les Liégeois auront bien besoin de toutes leurs velléités offensives pour ne pas revenir bredouilles du déplacement périlleux qui les attend ce samedi face à une formation du Brussels qui s'était d'ailleurs imposée assez facilement en début de saison à Sclessin. «J'avais vécu l'intégralité de ce match sur le banc, précise Karel Geraerts. Mais je me souviens très bien de son déroulement. Nous étions complètement passés au travers de notre sujet.»

Mais beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis lors, et Karel Geraerts a vu sa carrière progresser constamment. À tel point que certains estiment qu'il n'aurait pas usurpé une sélection parmi les Diables qui ont été retenus pour affronter l'Egypte mercredi prochain. «Le sélectionneur a porté ses choix sur d'autres jou- eurs, regrette Karel Geraerts. Comme tout joueur, je pense à l'équipe nationale. Mais, à 23 ans, je dois m'armer de patience et continuer à travailler. C'est la première fois que je suis titulaire dans mon club. Et j'ai le sentiment de réussir une bonne saison...»

© Les Sports 2005