Dans un premier temps, l'actuel entraîneur du Patro Eisden avait été reconnu coupable et avait bénéficié d'une suspension du prononcé. L'ancien gardien de but et Diable Rouge avait pris la direction sportive du KSK Hasselt en 2012 et contribué à sauver le club de a faillite. Cependant, début 2017, il avait été remplacé à son poste de président par Bart Casters et, peu de temps après, il avait également été licencié en tant que directeur sportif.

Stijn Stijnen estimait avoir encore droit à 36.600 euros et avait envoyé vingt-trois SMS à Bart Casters entre le 24 février et le 19 mai 2017. Il avait également envoyé cinq messages à un membre du conseil d'administration entre le 17 mars et le 5 mai 2017.

Le tribunal correctionnel de Hasselt avait jugé l'année dernière que l'ex-footballeur avait troublé leur tranquillité en envoyant ces messages. Il avait bénéficié d'une suspension du prononcé et avait dû verser à Bart Casters et à l'administrateur respectivement 800 euros et 300 euros de dommages et intérêts.

Stijn Stijnen avait cependant fait appel de ce jugement et a obtenu gain de cause. Le tribunal n'a en effet pas jugé qu'il y avait eu harcèlement. Pour la cour d'appel, le contenu et le ton des messages montrent que l'ancien gardien de but était très en colère après son licenciement inattendu, et qu'il s'est senti floué par la politique du président Casters. Le tribunal a eu de la sympathie pour cela, étant donné ses années de service pour le KSK Hasselt.

Le nombre de messages envoyés et leur contenu n'étaient en outre pas de nature à constituer un harcèlement. Il ne s'agit pas d'un flux incessant de messages qui a sérieusement perturbé la paix des parties civiles.

L'ex-Diable Rouge a été acquitté et ne doit donc plus payer de dommages et intérêts.