Hein Vahaezebrouck compte ses blessés et ne sait pas si Teodorczyk pourra jouer.

Lukasz Teodorczyk pourrait venir allonger la liste des absents ce samedi soir. Le Polonais souffre des sinus et a de gros maux de tête.

Son nom pourrait venir s’ajouter à quelques autres. Uros Spajic ne devrait pas être prêt à temps. Le Serbe souffre toujours de la cheville. Sven Kums est également incertain à cause d’un coup reçu au niveau de la cuisse.

Aligner un Teo hors forme

Mais c’est surtout le cas du Polonais qui inquiète. Il ne sera de toute façon pas à 100 % si ses maux de tête continuent de lui mener la vie dure.

L’attaquant n’est pas en verve ces derniers temps. Alors que tout le monde le pensait de retour, il est retombé dans ses travers et vit une nouvelle période de creux, si on excepte son but face au Club Bruges.

Face au Standard, il a étalé son spleen au grand jour en s’énervant en fin de match et en arrêtant de défendre sur le 2-1 du Standard.

"Il ne se sentait pas bien, le défend Vanhaezebrouck. Il ne se souvient presque pas du match. Il me l’a dit à la mi-temps. Il s’est énervé à la fin car il ne se sentait pas bien. Il savait qu’il jouait mal. Il m’a dit qu’on avait joué à dix à cause de lui. Il ne sait même pas dire s’il a couru durant le match. Espérons que tout soit rapidement réglé."

Le Polonais n’est plus l’arme fatale de la saison passée. Et certainement pas quand il est dans le dur mentalement et physiquement.

Ganvoula n’a pas le niveau

Silvère Ganvoula est le remplaçant naturel de Teo si ce dernier est out ce samedi. "Il est notre deuxième attaquant de pointe", résume sèchement Vanhaezebrouck.

Le Congolais a une nouvelle fois montré ses limites mercredi soir au Standard. Il s’est créé deux belles occasions mais les a loupées. Pour beaucoup, il est l’un des pires attaquants de l’histoire du Sporting.

Les différents consultants du Nord du pays n’hésitent d’ailleurs pas à dire qu’il n’a rien à faire à Anderlecht. Hein Vanhaezbrouck l’a défendu en laissant entendre qu’il alignerait Ganvoula si besoin.

"On lui tire dessus mais en 35 minutes, il a touché plus de ballons que Teo en près de deux fois plus de temps. Il a eu le mérite d’être impliqué alors qu’on n’a pas du tout vu Teo. Moi, j’ai confiance en lui."

Pas de faux 9

Vanhaezbrouck n’a pas d’alternative. Il a déjà osé aligner un faux 9, Hanni, avant la trêve, mais ne compte pas réitérer l’expérience. Ce n’est pas faute de profils qui peuvent y évoluer - on pense à Gerkens et à Markovic, qui se remet d’une blessure et qui risque de ne pas jouer ce samedi - mais plutôt de taille. "Si tu joues avec un faux 9, il faut de la taille derrière pour pouvoir gérer sur les phases arrêtées. Et je n’en ai pas." Notamment à cause des absences de Spajic et de Kara.