L'homme aux 450 matches en division 1 revient sur sa carrière


Tous les autres invités VIP


BRUXELLES L'actuel entraîneur de Charleroi évoque les plus beaux et plus mauvais souvenirs de sa longue carrière de footballeur.

Etant jeune, vous étiez supporter de quel club ?
Petit, j'étais supporter du Standard. J'allais de temps en temps au stade avec mon père mais pas à tous les matches. Je me rappelle de la belle équipe à la fin des années '70 avec Theo Poel ou Preud'homme. Jeune, je jouais d'ailleurs avec le maillot des "Rouches".

Votre plus beau souvenir de footballeur ?
Evidemment, c'est mon premier match en tant que professionnel. C'était en Coupe d'Europe avec le Standard contre les Croates de Rijeka. Nous avions réalisé un nul à l'aller mais nous avions remporté le match retour. C'était un rêve de gamin qui venait de se réaliser.

C'est aussi le plus beau souvenir de votre carrière ?
Oui, mais je n'oublie pas la Coupe de Belgique remportée avec La Louvière. Remporter ce trophée avec une petite équipe, c'était incroyable. C'est en tout cas sportivement mon plus beau souvenir.

Le pire souvenir ?
Les blessures évidemment. J'ai été sérieusement blessé trois ou quatre fois aux genoux, aux ligaments, aux abdos, à l'oeil,...

L'adversaire le plus coriace que vous avez rencontré ?
J'ai joué contre de très bons joueurs mais j'en retiendrai deux : Hans Christiaens et Luc Nilis. Quand je devais affronter Waregem ou Anderlecht et qu'ils jouaient, je savais que j'allais manquer mon match. Malheureusement, cela se vérifiait toujours ! A la fin, cela devenait une obsession...

Le coéquipiper le plus redoutable que vous avez connu ?
Je n'aime pas mettre un joueur plus en avant qu'un autre. Il y en a beaucoup mais les premiers qui me viennent à l'esprit sont Josip Weber et Munteanu. Ils ont tout de même réalisé une carrière exceptionnelle. Quand je les voyais jouer, je me disais qu'il y avait un tas de choses que j'aurais bien aimé faire.

Quels sont les championnats que vous aimez ?
J'ai une préférence pour le championnat espagnol car c'est selon moi là que l'on pratique le plus beau football. J'aime aussi la Budensliga, il existe une ferveur incroyable dans les stades et je ne vous parle même pas des infrastructures. Fabuleux ! La Belgique a encore du travail...

Quels sont les entraîneurs qui vous ont le plus marqué durant votre carrière ?
Mathijssen et Jacobs. Ce sont deux entraîneurs qui ont marqué la suite de ma carrière. Ce n'est pas un hasard non plus s'ils entraînent aujourd'hui deux des plus grands clubs de Belgique.

La pire défaite ?
C'était au Parc Astrid avec le Standard, nous nous étions inclinés 5-1 ! Nilis m'avait fait tourner en bourrique...C'était la grande équipe des Mauves avec notamment Marc Degryse.

La plus belle victoire en tant qu'entraîneur ?
Je dois bien avouer que nos victoires face à Bruges et au Standard la saison dernière ont une saveur particulière pour moi, même si j'insiste sur le fait que ce sont les victoires de tout un groupe. Cependant, notre victoire contre Tubize la semaine dernière était également très importante, et pas seulement pour les trois points.

© La Dernière Heure 2008