Le papa du Soulier d'Or aidera son fils à gérer le succès : "Ne jamais oublier d'où on vient"

OSTENDE La victoire d'Axel Witsel fait le bonheur et la fierté de toute sa famille !

"C'est l'apothéose : j'ai déjà bu dans ma vie, mais cela n'était rien à côté de l'état dans lequel je suis après cette victoire" , rigole Thier- ry Witsel.

Le papa du lauréat garde la tête bien fixée sur les épaules.

"On va fêter cela comme il se doit, mais Axel doit se remettre immédiatement au travail car il y a entraînement demain après midi (NdlR : ce jeudi à 16 h) et match dimanche à Westerlo. Je ne pense pas que ce Soulier d'Or va perturber ses prochains matches. Je ne sais pas si j'aurais dit la même chose il y a un an, mais aujour- d'hui, il est mature pour gérer cela. Il a bien grandi en douze mois..."

Le médian de 20 ans a, aussi, affiché une régularité exceptionnelle au plus haut niveau.

"C'est sans doute cela qui a fait la différence par rapport à ses concurrents, même si Jova, Steven ou Dieu le méritaient aussi. Pour moi, il n'y a qu'un match où il est passé au travers, c'est à Stuttgart. Mais il a montré à maintes reprises qu'il avait l'étoffe d'un grand. Je pense par exemple aux matches contre Séville ou la Sampdoria : il a éclaté techniquement, tactiquement, physiquement. Et contre Everton, je me souviens d'une phase où il a laissé sur place trois adversaires alors qu'on dit qu'il manque de vitesse."

Désormais, Axel Witsel va devoir gérer un nouveau statut et toute sorte de sollicitations.

"On peut gagner autant d'argent, on peut valoir tel prix pour un transfert, l'important est de ne jamais oublier d'où on vient. On a eu un exemple mardi avec Barack Obama. Axel ne va pas changer : il restera humble. C'est cela qui amène le respect des autres. Quant à son agenda : il aura des obligations et d'autres demandes qu'il devra refuser. On l'y aidera."

Cette victoire récompense aussi le Standard : "L'année d'Axel a été en adéquation avec celle de son club. Le Standard a fait confiance aux jeunes pour être champion et Axel a répondu aux attentes. Steven l'a montré l'année passée, il n'y a pas d'âge pour être Soulier d'Or si le joueur a les qualités pour le mériter. J'entends dire que les jeunes d'aujourd'hui sont provocateurs. Non, ils sont ambitieux et plus matures qu'avant."

Voilà pourquoi le Soulier d'Or 2008 ne fera plus de vieux os en Belgique.



© La Dernière Heure 2009