Une double confrontation pour aller à la Coupe du monde. C’est l’épreuve cruelle que les dix barragistes africains ont débuté ce vendredi. Cinq rencontres à la tension extrême (à peine 5 buts inscrits) mais où certaines nations sont déjà parvenues à prendre un ascendant. Notamment grâce à leurs Belgicains.

Tissoudali sauve le Maroc

La RDC face au Maroc. S’il y avait une rencontre où les noms connus du championnat belge étaient légion, c’est bien celle-ci. Plus particulièrement la RD Congo des Bokadi, Bastien, Mbokani, Mpoku, Mbemba, Bolasie, Kayembe ou Luyindama. La plupart d’entre eux ont joué un rôle dans cette rencontre mais c’est un autre de Pro League qui s’est illustré.

Monté en fin de match, le Gantois Tarik Tissoudali a permis au Maroc de Selim Amallah, favori du duel, d’arracher le partage à Kinshasa grâce à une belle frappe (1-1). Avant cela, les Congolais ont joué sans complexe pour faire douter les Lions de l’Atlas, où l’ancien Rouche Ryan Mmaee a manqué un penalty. Notons que Theo Bongonda a effectué ses débuts officiels pour la RDC. Il ne pourra donc plus être appelé par la Belgique.

Sissako malheureux

Sur le coup de 18 heures, l’Algérie de Touba et Belfodil est allée s’imposer au Cameroun (0-1), alors que le Mali de Djenepo a perdu face à la Tunisie (0-1)... à cause de Moussa Sissako. Le défenseur du Standard a marqué contre son camp, quatre minutes avant d’être exclu…

Plus tard dans la soirée, l’Égypte de Trezeguet a pris sa revanche sur le Sénégal de Kouyaté dans le remake de la dernière finale de la Coupe d’Afrique des nations (1-0). Alors que le Ghana, où Denis Odoi a effectué ses débuts, n’a pas su prendre le dessus sur le Nigeria (0-0) d’Osimhen, Ndidi et Dennis.

Tous les scenarii sont donc possibles pour les manches retour de mardi prochain qui désigneront les cinq représentants africains au Qatar.