Ces auditions entrent dans le cadre d'une enquête pour "homicide involontaire avec circonstances aggravantes" ouverte par le parquet de San Isidro, dans la banlieue de Buenos Aires.

Ce dernier considère en effet que le décès, le 25 novembre 2020, du champion du monde 1986 est le résultat d'une faute professionnelle et d'une négligence de l'équipe médicale.

Cet infirmier, Ricardo Almiron, 37 ans, est arrivé au bureau du procureur de San Isidro à la mi-journée, en compagnie de son avocat, mais sans faire pour l'heure de déclaration.

Les procureurs le soupçonnent d'avoir menti lorsqu'il a affirmé que l'ancien champion dormait et respirait normalement quelques heures avant sa mort, alors que l'autopsie a révélé qu'il était à l'agonie.

Outre l'infirmier, six autres personnes doivent être interrogées prochainement : une infirmière, le coordinateur des infirmiers, la coordinatrice médicale de l'hospitalisation à domicile, un psychologue et la psychiatre à laquelle il est reproché de ne pas avoir assuré "l'administration correcte des médicaments et des psychotropes" qui avaient été prescrits.

Le dernier à être entendu le 28 juin sera le neurochirurgien de 39 ans Leopoldo Luque, le médecin personnel de Maradona.

Tous risquent un renvoi devant un tribunal en fonction des conclusions de l'enquête.

Deux filles de l'ex-capitaine de l'équipe d'Argentine, Gianinna, 32 ans, et Jana, 25 ans, avaient peu après le décès publiquement pointé la responsabilité du praticien dans la détérioration de l'état de santé de leur père, déclenchant la procédure judiciaire.

Les sept soignants sont entendus libres, mais ont interdiction de quitter le territoire.

Après l'interrogatoire, le procureur transmettra l'affaire à un juge d'instruction, assortie de sa recommandation de poursuivre ou de classer l'enquête.

En cas de renvoi devant un tribunal, une décision qui pourrait prendre des mois, voire des années, ils encourent des peines de 8 à 25 ans de prison.

"Cela ira probablement au procès, rien n'indique le contraire", a déclaré à l'AFP une source judiciaire proche du dossier.

Diego Maradona, qui souffrait de problèmes aux reins, au foie et au coeur, est mort d'une crise cardiaque seul dans sa résidence de Tigre, au nord de Buenos Aires, quelques semaines seulement après avoir subi une opération du cerveau pour un caillot de sang. Il avait 60 ans.

Début mai, un rapport d'experts avait conclu que l'ancien joueur avait été "abandonné à son sort" par son équipe soignante, dont le traitement "inadéquat, déficient et imprudent" l'a conduit à une lente agonie.

"Les signes de danger de mort qu'il présentait ont été ignorés", estimaient encore les vingt experts, dont les médecins légistes qui ont pratiqué l'autopsie et des spécialistes de diverses disciplines médicales.

Selon le document, "l'équipe médicale a pleinement et complètement envisagé la possibilité de l'issue fatale du patient, mais est restée absolument indifférente à cette question et n'a pas changé son comportement et son approche médicale".

"Compte tenu du tableau clinique, clinico-psychiatrique et du mauvais état général, il aurait dû poursuivre sa rééducation et son traitement interdisciplinaire dans une institution appropriée", insiste le document.

Le décès de Maradona, considéré comme un génie du football, a créé une onde de choc planétaire et bouleversé l'Argentine. Des dizaines de milliers de personnes ont participé à la veillée funèbre de sa dépouille autour du palais présidentiel, où elle avait été transportée.

Le légendaire numéro 10 avait étincelé en club, tout comme en équipe nationale, sous le maillot de l'Albiceleste. Son but de la main contre l'Angleterre en quart de finale du Mondial-1986, qu'il avait rebaptisé la "main de Dieu", fait partie de l'histoire du sport, tout comme son second but, tout en dribbles.

Retraité des terrains à 37 ans, "el Diez" (le dix, son numéro de maillot), sombra ensuite dans la drogue et dans l'alcool, multipliant les incidents cardiaques, cures de désintoxication, phases d'obésité, au péril de sa santé.