Michele Marconi, jugé pour avoir lancé au milieu de terrain nigérian du Chievo Vérone Joel Obi la phrase "la révolte des esclaves" lors d'un match le 22 décembre, avait été relaxé en première instance par le tribunal fédéral, conduisant le parquet à interjeter appel.

L'audience de la cour d'appel fédérale, qui s'est déroulée en visioconférence en raison des dispositions anti-Covid, a duré un peu plus d'une heure. La publication des motivations du jugement sera publiée dans les prochains jours.