La défense de Genk deux fois meilleure

que celle de Bruges


BRUXELLES On n'a presque jamais inscrit autant de buts sur phases arrêtées que cette saison après vingt et une journées. C'est une des caractéristiques fortes de cette campagne. Mais un titre peut-il se jouer - comme l'a été le sommet de ce dernier dimanche - sur la gestion, judicieuse ou calamiteuse, des phases arrêtées, offensives ou défensives, quelles qu'elles soient ?

La répartition des 505 buts inscrits jusqu'à présent induit à répondre à cette question par la négative. 38,81 % seulement, c'est relativement peu. Constat plus remarquable encore : quatre des cinq premiers classés actuels figurent dans la colonne de droite de ce classement particulier et obtiennent un pourcentage de réussite sensiblement inférieur à la moyenne. Seule La Gantoise, classée huitième, dépasse de peu cette moyenne.

La faiblesse du pourcentage de réussite s'explique sans doute fort bien : les premiers classés sont, presque toujours, ceux qui marquent le plus. Plus le total des buts inscrits est important, moins le pourcentage des buts marqués sur phases arrêtées se révèle donc significatif.

Très curieusement, les premiers classés se distinguent en revanche dans leur gestion, étonnamment sujette à caution, des phases arrêtées défensives. Deux des trois formations dont les gardiens se sont laissé le plus fréquemment surprendre sur ces actions de jeu sont des ténors : le Club Bruges, leader absolu dans ce classement particulier, et le Standard, très peu brillant lui aussi dans cet exercice d'opposition. En ne se classant que cinquième, Anderlecht échappe, à peine, au blâme sévère. Cette fois, ce n'est plus La Gantoise mais le Racing Genk qui se distingue : Bailly n'a même pas encaissé un tiers de ses buts de cette manière. Seul Beveren se révèle plus intransigeant que le Liégeois de Genk. La première place actuelle - en partage - du club limbourgeois est, sans doute, partiellement imputable à cette rigueur - et cette concentration - défensive. Mais dans quel pourcentage ? Il est impossible de le déterminer...



© La Dernière Heure 2007