Le défenseur tubizien Jason Vandelannoite est repositionné dans l'axe

TUBIZE Mvuezolo, Vandelannoite, Barisic, Neels : à la lecture de la feuille de match samedi dernier à Mouscron, rien n'indiquait que l'habituelle défense tubizienne avait connu quelques changements. Ou plutôt un : Jason et Grégoire ont interverti leurs places, le Brabançon passant à droite et le Flandrien au stoppeur.

"Pendant la trêve, j'ai cogité sur ce qui avait fonctionné et pas fonctionné", indique Albert Cartier. "J'ai essayé de trouver une autre animation, une autre organisation. J'ai essayé de repositionner chacun à sa bonne place. Jason est meilleur dans l'axe. Neels a fait des bons matches, mais il fallait que je change quelque chose. On prend trop de buts."

Tubize présente même la plus mauvaise défense de la D1 : "Je ne compte pas à nouveau tout chambouler. C'est un nouvel équilibre avec Forschelet au demi-défensif aux côtés d'Haydock. Neels m'a dit que ça faisait longtemps qu'il n'avait plus joué au back et qu'il lui fallait un peu de temps pour se remettre dans le bain."

"Jason, qui était venu ici pour jouer à droite, a compris que le collectif prime sur les envies individuelles. Il va devoir assumer des responsabilités. S'il ne les réclame pas, quand il les a, il assume."

L'ex-Brugeois opine du chef : "J'ai eu une discussion avec le coach et je me suis plié à ses arguments. En équipe nationale, Jean-François Remy et de Sart me voient également plus dans l'axe. Mais je sais que les clubs cherchent de plus grands gabarits que le mien à ce poste. Beaucoup m'ont demandé pourquoi je ne jouais pas à droite. Il n'existe pas cent stoppeurs avec la morphologie et le talent de Cannavaro. Je suis venu à Tubize pour parfaire mon éducation au back droit mais aussi pour servir le club. L'objectif des Sang et Or prime sur mon éducation personnelle."

Maintenant, il reste à parfaire son entente avec Barisic : "Il ne sera pas difficile de discuter en anglais, plus facile que pour Greg en tout cas. Le manque de communication peut amener quelques regrettables malentendus."

Samedi, c'est Maazou que Vandelannoite trouvera en face de lui : "J'aime la pression et relever ce genre de défi. Mais Lokeren compte aussi 10 autres joueurs à surveiller de près."



© La Dernière Heure 2009