Frederik Vanderbiest s'était bagarré avec Olivier, qui avait reçu un P.-V.

DENDERLEEUW Blessé, Olivier Deschacht ne sera pas sur le terrain, ce soir. Il n'y aura donc pas de deuxième round avec Frederik Vanderbiest, avec qui il s'était disputé lors de et après Roulers - Anderlecht. Vanderbiest : "Il aurait pu être sur le terrain. Je ne suis pas haineux ou rancunier. Si je le rencontre, je lui serrerai la main. Un jour, on ira peut-être boire une bière ensemble."

Pourtant, le 7 octobre, Deschacht et Vanderbiest se seraient arraché les cheveux. "Sur le terrain, j'ai dit un truc pour l'énerver (NdlR : fils à papa), et il a réagi. Ce sont des choses qui arrivent dans chaque match. Mais après le match, lorsque les journalistes étaient là, j'aurais dû me taire."

"J'ai refusé de témoignerpour le P.-V. contre Deschacht"

Et ce crachat de Deschacht ? Jo Vanhecke, chef de la Cellule Football, confirme que l'arrière gauche a écopé d'un P.-V., même si Deschacht prétend ne rien avoir reçu. Vanderbiest : "Moi, j'espère qu'il ne sera pas puni. Je n'ai pas senti de crachat. Quand la police est venue me trouver pour témoigner, j'ai dit que je refusais. Deux spotters de la police l'ont vu, tout comme deux coéquipiers. Cette affaire a été exagérée parce que c'est Deschacht et parce qu'il joue à Anderlecht. En tout cas, ils en ont bien ri à Molenbeek. Ils étaient contents que j'avais piégé un Anderlechtois (Rires)."

"J'étais le 4e remplaçant du RWDM à Anderlecht, en 1997"

Ce soir, Vanderbiest songera à nouveau à sa période molenbee-koise. "La seule fois où je suis venu gagner à Anderlecht, c'était en août 1997 : 0-2, avec Renders comme coach. Le match du fameux quatrième remplacement. Vous savez qui était le 4e à monter sur le terrain ? Moi-même. Notre gardien réserviste était monté au jeu, je pensais qu'on pouvait remplacer trois joueurs de champ, comme en espoirs. Le seul à connaître le règlement, était le responsable du matériel, mais il était parti chercher nos trainings dans le vestiaire pour notre décrassage. Heureusement, Anderlecht a retiré sa plainte."

Fred espère réaliser un miracle avec Dender. "Boskamp nous a dit qu'on n'avait rien à perdre. Le championnat est plus important, mais on se doit de sauver le match retour. Si les Anderlechtois sont à leur top , ils sont imbattables. Mais on ne voit plus le grand Anderlecht. On ne va donc pas au Parc Astrid en tremblant."



© La Dernière Heure 2008