Ce dimanche avait lieu la rencontre Arles-Septèmes. Ce match n'avait, sur papier, rien d'exceptionnel. Sauf qu'il a fait parler de lui pour son score fleuve. 

En ce début de semaine, le football amateur français se demande si le match n'était pas arrangé. Et les soupçons de corruption planent de plus en plus sur le club de Arles, qui est passé en tête de la poule C de Régional 2 Ligue Méditerranée grâce à leur différence de buts.

De son côté, le club, a voulu calmer l'incendie en chassant toutes les accusations de corruption et se dit plutôt serein. L'un de ses membres a d'ailleurs affirmé "qu'il n'y a eu aucun contact entre les deux clubs dans les jours précédant le match". Il affirme que son club a rencontré un adversaire démobilisé. 

Précisons que les arbitres n'ont pas formulé de rapport sur la rencontre, ne jugeant pas celle-ci comme arrangée.

L'AC Arles, ancien Arles Avignon, a avancé plusieurs raisons pour justifier le gros écart de buts entre les deux équipes. Ils disent tout d'abord que l'équipe adverse est arrivée à 14h30 alors que le coup d'envoi de la rencontre se donnait à 15h. D'après eux, Septèmes a aligné une équipe B, avec un joueur de 50 ans contraint de jouer et un gardien qui n'avait même pas de gants. Qui plus est, leur adversaire était déjà relégué. 

Auprès de RMC Sport, un responsable du club se défend:  "Marquer 22 buts, si c'est arrangé, ça se voit, c'en devient risible... Pourquoi on aurait fait cela? C'est très compliqué d'aller jouer là-bas, c'est chaud, tendu. Nos joueurs ont eu peur", commente-t-il en évoquant le match aller qu'ils avaient perdu 4-1.

Salah Nasri, président du club de Septèmes confiait à l'Equipe la même version des faits. "Le club est complètement démobilisé. (…) On y est allé avec la réserve, avec un entraîneur de 50 ans dans le champ. On n'avait même pas le niveau vétéran. Et encore, on aurait dû prendre 30 buts. Absolument rien n'était préparé. Il faudrait être con pour faire ce genre d'erreurs. Je me laisse le droit d'attaquer quiconque oserait dire que c'était arrangé. Lors du match précédent, deux de nos joueurs se sont battus entre eux et ont été expulsés. Il y a un effondrement général. J'en suis même à me demander s'il ne faut pas arrêter les seniors et se focaliser sur les jeunes. La question de l'avenir du club se pose."