Auteur de huit réalisations, le Tchèque est le meilleur buteur mauve du second tour. Il a déjà justifié son transfert...

ANDERLECHT Ses débuts très mitigés lors de la préparation de janvier avaient rapidement fait naître des doutes. Stanislav Vlcek les a vite fait taire. Malgré quelques prestations manquées, l'attaquant tchèque a dans l'ensemble largement répondu aux attentes et il a déjà justifié son transfert. La preuve : il a marqué huit buts, dont sept ont soit rapporté des points, soit débloqué la situation, comme samedi contre Bruges. "Je me sens vraiment bien à Anderlecht", observe Vlcek dans sa langue natale, traduit par Jan Polak. "J'ai toutefois un regret : j'aurais pu marquer plus de buts ! J'ai parfois manqué d'adresse. Mais bon, je ne vais pas me plaindre : dans l'ensemble, je suis content de mes prestations. D'autant plus que l'équipe tourne bien : quand je suis arrivé, nous étions septièmes et là, nous avons tout en mains pour aller en C1."

La Ligue des Champions, Vlcek y a déjà goûté la saison dernière avec le Slavia Prague. "J'y avais notamment affronté Arsenal. Participer à la phase de poules de C1 est une expérience extraordinaire. J'en fais d'ailleurs l'un de mes trois objectifs pour la saison prochaine. Car je veux aussi être sacré champion avec Anderlecht et, sur le plan personnel, marquer plus souvent..."

"En République tchèque, j'étais attendu au tournant"

Celui que tout le monde appelle Stani est habitué à faire la différence. "En République tchèque, on attendait souvent beaucoup de moi dans les matches au sommet, en tant qu'attaquant et capitaine du Slavia. Ici, je ne suis qu'un joueur capable de faire la différence parmi de nombreux autres. C'est un contexte qui me permet de m'exprimer plus facilement."

À 32 ans, Vlcek vit sa deuxième aventure à l'étranger, après avoir évolué au Dinamo Moscou en 2004. Ce sera très certainement aussi sa dernière... "Je me suis très vite adapté, sur le terrain comme dans la vie de tous les jours. Je le dois beaucoup à Daniel (Zitka) et à Jan (Polak). Ma famille se sent bien en Belgique et je ne me vois pas partir pour un autre pays. Mon avenir, c'est Anderlecht et rien d'autre."



© La Dernière Heure 2008