Walter Baseggio à Anderlecht : il n’attend que Leiva pour signer !

Football

Yves Taildeman

Publié le

Walter Baseggio à Anderlecht : il n’attend que Leiva pour signer !
© Photonews
Son contrat serait fortement revu à la baisse : “Il mérite une chance. Aux conditions d’Anderlecht”

ANDERLECHT Non, l’information dans notre journal d’hier n’était pas une blague : Walter Baseggio revient probablement à Anderlecht ! Hier soir, après une longue journée de négociations, l’accord n’était pas encore conclu mais Walt devrait mettre sa signature sous son nouveau contrat aujourd’hui.

Une seule chose a empêché que Walter ne soit mauve hier : le prêt de Cristian Leiva n’a pas été finalisé au moment du bouclage de cette édition. Mais puisque Chabaud est parti à Gimnastic, Charleroi s’est mis à table avec Anderlecht. “On a 48 heures pour les deux transferts“, disait un Herman Van Holsbeeck débordé. “Si on n’a pas d’accord avec Charleroi en 24 heures, on a encore 24 heures pour lui trouver un autre club. Mais que ceci soit clair : Baseggio ne vient que si Lei- va part. On ne va pas payer un salaire supplémentaire.”

Franky Vercauteren : “Pas de commentaire”

Toutefois, on voit mal Anderlecht faire marche arrière. Le manager de Baseggio, l’avocat italien Luca Pelizzon, a passé toute la journée avec Herman Van Holsbeeck. “Il ne signe qu’à nos conditions, disait Van Holsbeeck.

Surtout financières, oui.” Bref : le salaire de Baseggio (800.000 € par an) sera fameusement revu à la baisse.
Selon Pelizzon, le contrat de Baseggio, qui se termine en 2008, serait prolongé. Van Holsbeeck nu- ance : “On y ajouterait une clause qui pourrait prolonger son contrat en 2008.”

Seulement, on se demande bien comment Baseggio va pouvoir travailler avec Franky Vercauteren. La carrière de Baseggio au Sporting semblait terminée, surtout sous l’ère Vercauteren–Van Holsbeeck. D’innombrables reproches avaient été formulés de part et d’autre (voir ci-contre). Baseggio était une pomme pourrie, pas un vrai professionnel. Et selon Walter, Anderlecht lui manquait de respect. Hier, Vercauteren a évité le sujet. “Pas de commentaire, disait-il. D’ailleurs, je ne sais pas ce que vous faites ici sur le parking du stade.”

Pelizzon : “Walter a commis des fautes envers Franky. Il le sait”

Van Holsbeeck, quant à lui, disait : “Si nous négocions avec Baseggio, cela signifie que nous en avons parlé avec notre entraîneur. Baseggio a reçu beaucoup de gifles ces derniers temps, il est prêt à faire de gros efforts. Vanderhaeghe étant parti, Leiva étant malheureux, tout comme Baseggio, qui ne cessait de nous faire des appels du pied, on s’est dit : Pourquoi pas ?Walter pensait que l’herbe était plus verte ailleurs. Tout le monde peut faire des erreurs. Il a l’occasion de se rattraper. Ce ne serait pas correct de lui refuser cette chance. Physiquement, en tout cas, il a l’air en forme.”

Pelizzon confirmait la bonne volonté de son poulain. “Walter se rend compte du fait qu’il a fait des erreurs envers l’entraîneur dans le passé. Il veut repartir de zéro.”

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info