Les Rouches reprennent deux points à Anderlecht et trois à Genk et La Gantoise. Non sans trembler...

Résultats, buteurs, classement

BRUXELLES Une fois n'est pas coutume, ce n'est pas le Standard qui a galvaudé des points mais bien tous les autres! Mais ce fut tout juste!

Après la gifle subie par Genk à Mons (on y revient plus bas) et le décevant 0-0 d'Anderlecht, chez lui, contre Zulte, La Gantoise se plantait à son tour ce dimanche, à domicile contre... le Cercle de Bruges. Trois revers. Et trois revers qui ne portaient en aucun cas le sceau de l'injustice ou d'errances arbritrales. Non, ces trois équipes n'ont pas été capables de gagner, voilà tout. Comme le Standard n'aime décidément jamais faire comme tout le monde, il a clôturé cette 26e journée par une victoire, à Roulers.

Les hommes de Preud'homme ont dominé la rencontre. Pourtant, ils ont failli ne pas gagner. Le jeune Witsel, bien servi par Rapaic, débloquait le score à la 35e minute. Il signait son premier but en D1. Cinq minutes après la reprise, l'inévitable Jovanovic bien lancé par De Camargo, doublait la mise. Dix minutes plus tard, une action collective amorcée par Defour et poursuivie par Witsel finissait dans le pied de Milan Rapaic: 0-3.
La messe semblait dite. Mais c'est mal connaître le Standard. En deux minutes, à la 82e, puis à la 83e, Oyen mettait la balle au fond. C'était 2-3! Incroyable! Les vieux démons de la saison passée revenaient au galop. Les Roulariens, revigorés alors qu'ils n'y croyaient plus il y a encore quelques minutes, poussaient. En vain.

Le Standard a réalisé une opération en or ce week-end. En s'approchant à quatre points d'un Anderlecht qu'il doit encore rencontrer, à cinq points d'un Genk victime d'une chute de tension, le club peut et doit croire en ses chances d'accéder aux places les plus belles: celles qui sont devant lui. Il reste huit journées, le Standard est dans la confortable position de l'outsider et de plus il sent à nouveau moins le souffle de la concurrence derrière lui, La Gantoise se retrouvant à six points. Mais tout cela n'est valable que si les Rouches ne s'enlisent pas à nouveau dans la fébrilité et les approximations auxquelles ils nous ont si souvent habitués (ce soir encore, en fin de match...)

Revenons à samedi soir...

On se demandait si Genk, lessivé par les Mauves mercredi en Coupe, aurait subi un coup au moral susceptible de le ralentir en championnat. La question était d'autant plus vive que les Limbourgeois se déplaçaient à Mons, une équipe qui, bien que dans le bas de classement, n'avait plus perdu chez elle depuis fin novembre. La réponse est cinglante: 5-0 pour les Dragons, oui les hommes de Broos ne se sont pas relevés.

Les Montois inscrivaient deux buts en deux minutes (27e et 28e, deux fois Stolica qui marquera également un troisième but dans les dernières minutes). Une claque qui obligeait Broos a prendre tous les risques. Ceux-ci lui ont coûté trois buts de plus. 11 buts encaissés en 4 jours, il faudra plus qu'une séance de sophrologie et un sauna pour s'en remettre!

Mais qui aurait pu penser que le brillant, le flamboyant Anderlecht de ces dernières semaines ne tireraient pas profit d'un revers limbourgeois? Et pourtant... Les Bruxellois avaient planté six roses contre Genk. Nettement moins en verve samedi soir, ils n'en ont pas planté une seule face à Zulte: 0-0.

Dans le combat des "malades", celui des deux "Bru", c'est le "Bru" du nord, Bruges, qui a pétillé: 4-1 contre le Brussels qui a de quoi se faire de l'inquiétude. Le président Vermeersch doit hurler: ses gars perdent des points sur tous leurs adversaires directs (sauf Mouscron battu par Westerlo) dans l'âpre lutte pour la survie en D1.

Au classement, Anderlecht a grignoté un point sur Genk. Psychologiquement, les Mauves ont peut-être déjà gobé au moins une cuisse limbourgeoise. Dans le bas de tableau, Beveren et le Lierse se sont neutralisé et restent plus que jamais prétendant à la chute dans la deuxième dimension.