Et Albert Cartier de préciser : “dans le bon sens du terme”

EUPEN Entre Westerlo et Eupen, on peut souligner comme point commun le côté sympathique, voire campagnard . Mais, du côté des troupes de Ceulemans, on a incontestablement l’avantage en termes d’expérience du haut niveau. D’ailleurs, de la considération pour Westerlo, Albert Cartier en éprouve énormément.

“Lors de mon inactivité, j’avais été invité en mars dernier à un tournoi de jeunes (-19) en Espagne. Un seul club belge y avait délégué des scouts (2), c’était le cercle campinois. Avec une telle approche de la gestion, ce club peut envisager l’avenir sereinement.”

De manière plus terre à terre, dans cette confrontation qui va opposer deux formations au top de leur confiance, le coach vosgien décortique son hôte. “Sans avoir une optique défensive, ils affichent un bon bloc défensif où chacun travaille. Le moment où ils sont les plus dangereux ? Quand on est en possession de balle, car ils repartent très vite vers le but adverse dans ces circonstances.”

Pour ce duel entre une phalange soucieuse de taquiner le top 6 et un adversaire souhaitant poursuivre sa route vers le maintien, confiance et stabilité apparaissent comme des attributs communs.

“Depuis mon arrivée en Belgique, je trouve ce club surprenant… dans le bon sens du terme. Les composantes de ce cercle ne font jamais parler d’elles et ils arrivent à conserver une stabilité au fil des années. Grâce à celle-ci, à la sérénité et çà la quiétude qui entoure ce matricule, ils réussissent à surmonter les moments difficiles.”

Et, même si Ruiz est absent pour l’instant, il s’inscrit dans la logique campinoise de découvrir des talents. “En qualité de recrutement, une ou deux retouches sont effectuées régulièrement, sans jamais procéder à un bouleversement ou à une révolution.”

Rigueur, discipline et concentration sont indispensables afin de poursuivre la belle série…



© La Dernière Heure 2010