Ni Fadel Brahami ni Roberto Mirri ne sont surpris du succès de Dalmat à Sclessin

MONS Mons n'a probablement jamais apprécié à sa juste valeur le fait de compter en ses rangs, et simultanément, des joueurs de la trempe de Dalmat, Nicaise, Ragued, Cordaro ou Brahami. Ce qu'on aurait pu appeler le meilleur entrejeu de Belgique s'est malheureusement disloqué, mais ceux qui sont restés n'en veulent évidemment pas aux déserteurs .

"Je pense que ce qu'ils réalisent à Sclessin, ils l'avaient réalisé à Mons mais cela n'avait pas été répercuté de la même manière , confie Fadel Brahami. Si les supporters liégeois aiment les gars qui vont vite et qui savent éliminer un homme, il va à coup sûr devenir leur chouchou !"

"Là-bas, il est obligé d'assumer des tâches défensives, et c'est pourquoi on le voit désormais tacler , poursuit Roberto Mirri. Il est en pleine confiance, et ses forces semblent se décupler. Mais je reste persuadé qu'il est plus facile d'évoluer dans une telle équipe. Tu cours plus, mais tu cours mieux !"

Nicaise, de son côté, a pour lui un tempérament qui avait permis à Sergio Conçeicão d'être idolâtré mais il n'a pas encore pu l'exprimer pleinement faute de temps de jeu. "L'entrejeu est la ligne la plus importante dans une équipe et quand on sait à quel régime tournait celui du Standard l'an dernier, il est normal que Benjamin peine un peu plus , estime l'Italien. Mais je peux vous dire qu'il ne va pas lâcher prise. C'est un battant et il va réussir, même si jouer constamment se révélera un peu plus difficile."

Demain, revoir ces deux visages connus fera le plus grand plaisir aux Dragons même si dans le cas de Brahami, des rumeurs faisant état d'une dispute avec Dalmat s'étaient propagées. "Des tensions sont inévitables dans un vestiaire mais on se parle toujours. La preuve, il a insisté pour que je sois présent à son mariage durant la trêve. Benja y était aussi !"



© La Dernière Heure 2008