Après deux matchs ternes, les Éléphants sont en ballottage défavorable.

La pression mise sur Marc Wilmots par la presse ivoirienne n’a pas suffi. Les Éléphants ont enchaîné un deuxième match sans victoire face au Mali. "Ce match est très important. C’est un pas qu’on doit faire en direction de la Coupe du Monde" avait pourtant prévenu l’entraîneur belge avant la rencontre.

Mais, finalement, la Côte d’Ivoire, en l’absence de nombreux cadres, n’a rien fait pour conserver sa maigre avance sur le Maroc en concédant un match nul poussif. "On le sait, on a raté un joker face au Gabon au match retour", analysait Wilmots avant le duel face au Mali.

Ses joueurs ont désormais grillé une seconde chance en étant incapables de s’imposer face aux derniers du groupe C.

Les Éléphants ont encore leur destin entre les mains puisqu’une victoire à domicile face au Maroc les enverrait en Russie. Mais, en enchaînant une deuxième contre-performance après la défaite à domicile face au Gabon, les hommes de Marc Wilmots se sont mis en ballottage défavorable. Car tout autre résultat qu’une victoire le 6 novembre qualifiera les Marocains.

Les Lions de l’Atlas auront d’ailleurs un autre avantage au moment d’aborder cette finale : leur entraîneur Hervé Renard a officié en tant que coach des Éléphants de 2012 à 2015. "Maintenant, on peut aller à Abidjan en confiance", a d’ailleurs prévenu le Français après la victoire des siens face au Gabon.

Marc Wilmots va donc vivre encore un petit mois sous la pression.