Witsel, un talent en or

Football

Thomas Busiau

Publié le

Witsel, un talent en or
© Photonews

Il a remporté le suffrage avec 4 points d'avance sur Jovanovic : le 3e plus petit écart de l'histoire


La semaine foot en images

Witsel: "22 points! Aïe aïe aïe"

Mbokani: "Un vote raciste..."

Les plus belles photos de la cérémonie

Revivez la cérémonie


OSTENDE Le suspense s'annonçait intense. Il le fut, même si tous les sondages organisés du côté francophone du pays, qu'ils soient effectués auprès des rédactions, du public ou des personnalités, prédisaient le Soulier d'Or à Axel Witsel.

Mais si l'élégant liégeois est sans doute celui qui laisse la meilleure impression quand on jette un regard dans le rétroviseur sur 2008, il figurait moins dans l'esprit des votants lorsqu'ils ont été amenés à se prononcer pour le premier tour de scrutin. Il n'a terminé qu'en 8e position, à plus de 150 points de Marouane Fellaini.

On peut d'ailleurs vraiment s'étonner de ne trouver le deu-xième joueur de l'équipe championne qu'à la... 5e place, derrière Stijn Stijnen, le gardien d'un Club Bruges qui a fait naufrage de mi-février à mai. Milan Jovanovic, élu Footballeur Pro au même moment que les votes du premier tour du Soulier d'Or, ne masquait ni sa déception ni son étonnement par rapport à cette place. Il a pris 1/6e des points de Fellaini... qu'il avait devancé au Footballeur Pro . Après ce premier tour, les journalistes estimaient même que Steven Defour pourrait finalement émerger tant il semblait recueillir des suffrages pour le second tour.

Finalement, Axel Witsel a quand même sauté tout le monde grâce aux 182 points engrangés au deuxième tour de vote. Il y avait 131 votes corrects (sur 181 potentiels) pour le deuxième tour et seulement 105 pour le premier. De quoi influencer le résultat final. Au troisième millénaire (avant, le nombre de votants était moindre), personne n'a remporté le trophée avec si peu de points. Conceição, en 2005, avait pris 230 points. Witsel n'en a que 204, moins que Hassan, second l'an passé.

Quatre points, c'est aussi la troisième plus petite avance de l'histoire. En 1961, Paul Van Himst n'avait que deux points de plus que Denis Houf. Pour la petite histoire, Guillaume Raskin avait oublié d'envoyer son bulletin sur lequel il avait placé Houf en tête. En 1997, Zetterberg avait trois points de plus que Van der Elst.





© La Dernière Heure 2009

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info