Barré par Owona, le défenseur du Brussels doit se contenter d'un statut de réserviste

MOLENBEEK Les minutes de jeu de Zanzan risquent d'être comptées d'ici la fin de championnat. Dieudonné Owona, arrivé au mercato d'hiver en provenance de Lille, a fait son trou sur le flanc gauche et semble avoir obtenu la préférence de la part d'Albert Cartier. "Je ne m'inquiète pas trop , indique Zanzan. Cela fait partie de la vie d'un footballeur. Nous sommes préparés à cela car cela peut arriver à tout le monde, à n'importe quel moment. Le club ne m'a jamais rien dit quant à ses intentions mais vu la situation qui était la nôtre à la fin du premier tour, il est normal que de nouveaux renforts soient arrivés. Et jusqu'à présent, les résultats sont là pour prouver que les transferts ont apporté un plus. Je ne peux donc qu'accepter cette situation."

Sauf blessure ou suspension de la part de son concurrent, le Togolais sous contrat au Brussels pour encore une saison devra sans doute patienter sur le banc. Une situation qu'il a déjà connue la saison dernière lorsqu'il défendait les couleurs de Lokeren. "C'est difficile à vivre mais je ne veux surtout pas souhaiter des malheurs à un de mes coéquipiers pour qu'une place se libère pour moi. Ce n'est absolument pas mon genre. Et puis, je pense aussi pouvoir retrouver ma place à la régulière. Même s'il faut avouer que Dieudonné Owona est très fort et montre de bonnes choses depuis son arrivée."

Toujours très souriant, le solide défenseur ne sombre pas dans le défaitisme. Au contraire, sa bonne humeur rayonne encore au sein du groupe. "Je continue à m'entraîner comme avant. Il n'y a aucune raison de changer. Je garde mon sourire et je ne vais pas au stade tous les matins avec des pieds de plomb. Ce n'est pas dans mon caractère de me comporter de la sorte."

Le bon bilan du Brussels depuis la reprise le réjouit même au plus haut point : "L'essentiel pour moi reste l'équipe et les résultats qu'elle obtient sur le terrain. Et si cela doit passer par un petit séjour sur le banc, je n'en ferai pas une maladie. Je me plais toujours très bien ici, surtout que l'ambiance est à nouveau au beau fixe depuis le début du second tour."



© La Dernière Heure 2007