François Zoko ne restera pas les bras croisés en cas d'arrivées

MONS La vie de footballeur est décidément difficile à Mons. Malgré tout, certains semblent encore aimer leur métier, à commencer par François Zoko. "On fait un métier difficile mais passionnant . Quand c'est toujours rose, il y a cette part de magie qui disparaît. C'est dans des moments comme on en vit actuellement qu'on se rend compte à quel point gagner un match procure du plaisir. Malheureusement, on n'y arrive plus."

Dire que tout fut mauvais samedi soir serait passer sous silence la première demi-heure correcte de Dragons bien organisés. "C'est toujours pareil : pas mal jusqu'au moment où on encaisse. On était allé là-bas de façon organisée et notre tactique, c'était d'attendre qu'ils échouent offensivement pour faire la différence. Malheureusement, après le but d'ouverture, on n'est pas resté en bloc."

Si jusqu'ici, l'équipe de José Riga s'était toujours procuré des opportunités de but, ce ne fut même pas le cas cette fois-ci. La preuve que le problème n'est pas uniquement offensif... "On a tiré sur les attaquants mais je suis curieux de savoir quelles raisons va-t-on invoquer pour cette fois ! On n'a rien eu à se mettre sous la dent. Il faut à tout prix essayer de trouver la solution entre nous."

La fin du mercato se rapproche à grands pas et les dirigeants clament leur désir d'attirer un attaquant. "Je suis attentif à ce qui va se passer lundi. On parle de Lukunku et Dahmane et vu les circonstances, il n'y aura pas de concurrence. Je ne veux pas être le dindon de la farce. Moi aussi j'ai des offres."



© La Dernière Heure 2008