Rallye de Sardaigne: Malchanceux, Neuville méritait mieux

Des ennuis de freins lui ont fait perdre une minute, et sans doute la victoire, alors qu’il était 2e.

Bernard Verstraete
Belgian driver Thierry Neuville and compatriot co-driver Nicolas Gilsoul race their Hyundai i20 Coupe WRC at Monte Olia near Monti village, on the second day of the 2017 FIA World Rally Championship in Sardegna, on June 9, 2017. / AFP PHOTO / ANDREAS SOLARO
Belgian driver Thierry Neuville and compatriot co-driver Nicolas Gilsoul race their Hyundai i20 Coupe WRC at Monte Olia near Monti village, on the second day of the 2017 FIA World Rally Championship in Sardegna, on June 9, 2017. / AFP PHOTO / ANDREAS SOLARO ©AFP

Des ennuis de freins lui ont fait perdre une minute, et sans doute la victoire, alors qu’il était 2e.

On espérait que la malchance avait définitivement oublié Thierry Neuville après ses deux gros coups du sort en début d’année mais on doit déchanter. Hier matin, il poursuivait sur sa bonne lancée de vendredi. Après avoir, comme ses poursuivants, évité toute erreur dans la poussière stagnant dans le premier chrono du jour à cause de départs ramenés de 2 en 2 minutes, le pilote Hyundai signait le meilleur temps sur les 28 km de Monti di Ala.

Il reprenait ainsi 4" 2 à son équipier Paddon, le leader, et devançait Ogier de… près de 25 secondes ! Il semblait clair que l’écart de 9 secondes séparant notre compatriote de la 1re place serait résorbé avant la fin de la journée. Mais le mauvais sort revenait l’accabler. "Déjà, à la fin du chrono précédent, j’ai senti un problème de freins", regrettait-il à la pause de mi-journée. "Dès le début de la spéciale de Monte Lerno, je me suis retrouvé sans freins. C’est le maître-cylindre qui a lâché. Encore une fois, la malchance nous frappe. C’est vraiment désolant car nous avions la victoire à portée de main. Sans forcer, nous pouvions gagner ce rallye. Ça fait ch… Je pense que nous ne méritions pas ça après la belle journée de vendredi…"

Cette première étape , revenons-y précisément. Complètement dépité, démoralisé, Sébastien Ogier n’a pas mâché ses mots concernant le règlement au micro d’Olivier Gaspard pour la RTBF : "Ce genre de journée à ouvrir la route, c’est très long. Je ne demande qu’une chose : que le rallye soit fini. Si ça reste comme ça, ça ne durera plus longtemps pour moi… Ce règlement est fait pour les loosers; ce n’est pas ma vision du sport."

Mais quand on lui demandait ce qu’il pensait de la prestation de Thierry, qui était aussi handicapé en partant 2e dans les spéciales, Ogier reconnaissait son mérite : "Sur les 32 secondes qui nous séparent, j’estime qu’une vingtaine est due à la position sur la route; pour le reste, il a mieux roulé que moi." Et Thierry a continué hier après-midi, devançant à chaque fois Ogier de façon nette. Pourtant, n’ayant plus d’illusions à se faire pour la victoire, le St-Vithois préparait déjà la Power Stage : "J’ai repris cet après-midi les pneus du shakedown pour conserver des pneus neufs pour la finale de dimanche. Bien sûr, je vais quand même reprendre quelques points à Ogier sur base du classement. Mais j’espère en grappiller quelques-uns de plus dans la Power Stage."

Si la situation reste telle qu’hier soir, Thierry reprendra 7 points à Sébastien et réduira à 15 points son retard au championnat. Une victoire lui aurait rapporté 10 points de plus. Mais les choses évoluent quand même dans le bon sens. En fait, il est regrettable qu’Hayden Paddon soit allé à la faute hier en début d’après-midi. Il aurait fait le jeu de Thierry en s’intercalant entre les deux candidats au titre. Pour Hyundai, la journée était bien décevante.

Au lieu de faire carton plein avec les deux premières places de vendredi soir, la marque coréenne devra sans doute se contenter de la 3e place de Neuville et de la 8e (pour les constructeurs) de Paddon. Ott Tänak, lui, se reprend à rêver. Auteur de 3 meilleurs temps hier, il a distancé Latvala, toujours irrégulier, et semble bien parti pour s’offrir sa première victoire.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be