Mercedes renoue avec le succès aux 24H de Spa, Bovy et Machiels gagnent leurs catégories !

Laurens Vanthoor, 7ème sur la Porsche KCMG, est le meilleur belge classé.

Olivier de Wilde et Martin Businaro
Mercedes renoue avec le succès aux 24H de Spa, Bovy et Machiels gagnent leurs catégories !
©L.P.R

EN-FIN ! Mercedes-Benz tournait autour d'une quatrième victoire aux 24 Heures de Spa depuis 2013. Souvent bien placée, l'étoile allemande a toujours vu sa marche entravée pour diverses raisons. L'an dernier, Jules Gounon, Raffaele Marciello et Dani Juncadella ont été les héros malheureux, contraints à l'abandon alors qu'ils se battaient pour la victoire. Pour Marciello, il fallait enfin transformer l'essai après être parti en pole position trois année d'affilée. Mais cette fois, la guigne n'a pas frappé le camp Mercedes.

Parti depuis la pole position après le déclassement de la Lamborghini n°6, l'AMG GT3 n°88 du trio Gounon-Marciello-Juncadella concrétise et s'impose. Pour le Français Jules Gounon, c'est le deuxième succès après celui de 2017 avec Audi Saintéloc tandis que le Suisse Raffaele Marciello et l'Espagnol Dani Juncadella inscrivent enfin leur nom au palmarès de l'épreuve ardennaise. Pour l'équipe hexagonale Akkodis ASP de Jérôme Policand, connue jadis sous le nom Sofrev et AKKA, c'est également le premier succès scratch après avoir brillé dans les catégories avec Ferrari.

Le bonheur est double pour Mercedes puisque la n°2 aux couleurs BWT et engagée par Getspeed pour les Allemands Lucas Stolz et Maxi Götz ainsi que le Hollandais Stijn Schothorst prend la médaille d'argent, non sans avoir mené la course au gré des ravitaillements. La panthère rose termine avec 30 secondes de retard sur la Benz grise et noire. Victorieuse en 2021, l'équipe Iron Lynx doit se contenter de la troisième place cette année avec la Ferrari 488 n°71 de Daniel Serra, Davide Rigon et Antonio Fuoco.

Mercedes hisse même une troisième AMG GT3 dans les quatre premiers avec la n°55 GruppeM de Maxi Buhk, Marc Engel et Mikael Grenier. Elle a eu le dernier mot dans la dernière heure sur la meilleur BMW M4 classée, la n°50 Rowe Racing de Max Hesse, Daniel Harper et Neil Verhagen.

Il faut descendre au septième rang pour retrouver la première Porsche 911 GT3-R et le meilleur pilote belge. Après une fin de course difficile suite à des problèmes de pneus et une voiture moins performante en raison des températures plus élevées, Laurens Vanthoor termine 7ème sur la n°47 KCMG qu'il partageait avec Nick Tandy et Dennis Olsen. Maxime Martin complète quant à lui le Top 10 sur l'Aston martin n°95 Beechdean AMR. Le Bruxellois peut en vouloir à son équipier Nicki Thiim de s'être accroché avec la Mercedes victorieuse...

Double Brabançonne dans les catégories !

La Ferrari 488 n°83 entre dans l'histoire des 24 Heures de Spa. La belle italienne rose des Iron Dames a dominé la catégorie Gold Cup sans contestation en s'imposant avec trois tours d'avance sur ses rivales. Rahel Frey, Michelle Gatting, Dorian Pin et notre Sarah Bovy nationale forment le premier équipage 100% féminin à monter sur la plus haute marche du podium d'une catégorie aux 24H depuis 1996 et le trio Surer-Rafanelli-Duez. Pour ajouter du bonheur aux Belges, Ulysse De Pauw cueille une belle médaille d'argent en Gold Cup sur l'Audi R8 LMS n°33 WRT qu'il partageait avec Ryuichiro Tomita, Arnold et Maxime Robin. Sarah et Ulysse terminent respectivement 18ème et 24ème au classement général.

En Pro-Am, c'est un habitué belge des podiums de classe qui monte sur la plus haute marche du podium. Déjà premier en 2012 et 2014, Louis Machiels a remis ça sur la Ferrari 488 n°52 AF Corse qu'il partage entre autres avec Andrea Bertolini. Là aussi, après la faillite de la Porsche du malheureux Alessio Picariello, le leadership de la Ferrari rouge et verte n'a jamais été contesté. Machiels s'impose avec une avance de deux tours.

Victoire WRT en Silver Cup avec l'Audi R8 n°30 WRT du Danois Benjamin Goethe et des Français Thomas Neubauer et Jean-Baptiste Simmenauer. La GT aux couleurs d'un célèbre pétrolier a toujours été aux avant-postes de la catégorie et est la meilleur voiture classée de l'équipe de Baudour, au 13ème rang absolu. C'est une maigre consolation pour le team de Vincent Vosse pour qui le cru 2022 des 24 Heures fut à nouveau décevant. Arrivée au quatrième rang de catégorie pour Baptiste Moulin sur la Lamborghini Huracan n°163 VSR.

On note, enfin, la 17ème place finale de l'Audi R8 n°46 WRT de Valentino Rossi, star incontestée de ce week-end, et de son équipier belge Fred Vervisch. Ah, sans cet accrochage avec la voiture-soeur de Dries Vanthoor et Charles Weerts...

H+21 : Maxime Martin décroché pour la victoire au général

Alors que les spectateurs encore présents en nombre passaient à table, on a perdu une de nos deux chances de victoire belge au classement général peu après 13 heures. Nicki Thiim, l'équipier de Maxime Martin, se battait âprement avec Jules Gounon et malheureusement, l'Aston Martin Vantage n°95 Beechdean AMR et la Mercedes-AMG n°88 Akkodis-ASP finissaient par se trouver.

Les deux bolides entraient en contact dans le Raidillon, au détriment de l'Aston qui partait en toupie avant de devoir effectuer un tour au ralenti et passer par son stand. Le bolide anglais est désormais à un tour et pour Maxime Martin, toute chance de deuxième victoire aux 24 Heures de Spa s'est vraisemblablement envolée.

Pas moins de neuf voitures sont encore dans le même tour et cela va vraisemblablement se jouer au sprint. La Mercedes-AMG n°88 Akkodis-ASP de Marciello-Gounon-Juncadella a repris la tête des opérations devant les deux BMW M4 du Rowe Racing. La n°98 de Catsburg-Farfus-Yelloly est 2ème à 6 secondes. La n°50 de Harper-Hesse-Verhagen est 3ème à 29 secondes. Le Top 5 est complété par la Mercedes-AMG n°55 GruppeM de Buhk-Engel-Grenier et la Ferrari 488 n°51 Iron Lynx de Calado-Nielsen-Molina.

Côté belge, avec un dernier arrêt anticipé, la Porsche 911 GT3-R n°47 KCMG de Laurens Vanthoor est 9ème à moins de deux minutes de la tête. Le Limbourgeois, relayé par Nick Tandy, a une minute d'avance sur l'Aston Martin de Maxime Martin après sa bisbrouille avec la Mercedes de tête.

Les filles continuent de mener la Gold Cup de la tête et des épaules. La Ferrari 488 n°83 Iron Dames de Sarah Bovy est 18ème générale et a deux tours d'avance sur ses poursuivants. Ulysse De Pauw peut encore espérer monter sur la 3ème marche du podium en Gold Cup sur l'Audi R8 LMS n°33 WRT. En Pro-Am, après l'abandon d'Alessio Picariello (Porsche 911 n°24 Herberth), Louis Machiels est confortable leader en Pro-Am sur sa Ferrari n°52 AF Corse.

H+17 : BMW face à Mercedes et Porsche, Bovy et Picariello leaders de classe

La nuit des 24 Heures de Spa-Francorchamps a été pour le moins animée. En plus de l'abandon de la Lamborghini Huracan n°63 Emil Frey de Bortolotti-Costa-Aitken et des immobilisations en bord de piste de l'une ou l'autre voiture entraînant un Full Course Yellow, les fans étaient secoués sur le coup de 2 heures du matin quand la Porsche 911 GT3-R n°16 EBM sortait très rapidement à Blanchimont et allait se fracasser dans le mur de pneus. Si le pilote Matt Payne s'en tire à bon compte, la course était interrompue au drapeau rouge pendant assez longtemps afin de réparer les rails salement endommagés suite à la violence du choc.

Au moment où le soleil s'est levé, on a pu se rendre compte que l'écrémage nocturne a été significatif. Et chez WRT, c'était la soupe à la grimace avec l'Audi R8 n°32 et n°46 impliquées dans un accident assez surréaliste. A la sortie de l'épingle de la Source, la McLaren 720S n°38 donnait un coup de frein, Charles Weerts devant monter sur les freins... pour se faire emboutir par Nico Müller. Si la n°46 avec la star Valentino Rossi pouvait continuer avec quelques dommages, c'était la fin pour la n°32. A nouveau, Dries Vanthoor et Weerts devront patienter pour s'imposer à domicile.

Parmi les autres abandons significatifs, signalons la Bentley Continental n°107 CMR de Bailly-Soulet-Lémeret sur problème mécanique ainsi que l'Audi R8 n°10 Boutsen Racing de Benjamin Lessennes après une sortie de Karim Ojjeh ayant entraîné une multitude de problème. Du côté des candidats à la victoire, la Porsche 911 GT3-R n°221 GPX Racing de Estre-Lietz-Christensen a dû renoncer sur problème mécanique.

Après l'arrêt de la Porsche 911 GT3-R n°47 KCMG de Laurens Vanthoor peu avant le top horaire, c'est la BMW M4 GT3 n°98 de Catsburg-Farfus-Yelloly qui mène la danse. La Bavaroise possède 9 secondes d'avance sur la Mercedes-AMG n°88 Akkodis-ASP de Marciello-Gounon-Juncadella. La BMW M4 GT3 n°50 Rowe Racing de Hesse-Harper-Verhagen complète le Top 3. On retrouve ensuite la Mercedes-AMG n°55 GruppeM Racing de Engel-Grenier-Buhk.

Le meilleur belge du classement est donc Laurens Vanthoor, cinquième sur la Porsche n°47 actuellement pilotée par Dennis Olsen. Maxime Martin se maintient dans le Top 10 sur l'Aston Martin Vantage n°95 du Beechdean AMR.

Leadership belge en Pro-Am et en Gold Cup. La Porsche 911 GT3-R n°24 Herberth Motorsport d'Alessio Picariello mène en Pro-Am avec un tour d'avance sur ses rivaux, dont la Ferrari 488 n°52 AF Corse de Louis Machiels. En Gold Cup, la Ferrari 488 n°83 Iron Dames mène la danse avec Sarah Bovy. Les filles possèdent deux tours de bon sur la concurrence. Après un début de course agité, Ulysse De Pauw est remonté en cinquième place de classe sur l'Audi R8 LMS n°33 WRT. Le team de Vincent Vosse est par ailleurs leader en Silver Cup avec l'Audi n°30 de Goethe-Neubauer-Simmenauer.

H+7 : Quatre marques se détachent, deuxième crevaison pour l'Audi de Weerts-Vanthoor

Alors que la nuit est tombée sur Francorchamps et qu'avec elle a débuté le ballet de phares, après sept heures de course, vingt-trois voitures restent dans le même tour.

Le principal fait de course frappant un des favoris est la nouvelle crevaison dont a été victime dès son début de relais le Sud-Africain Kelvin Van der Linde. Ce qui renvoie nos compatriotes Dries Vanthoor et Charles Weerts au 26ème rang, mais plus dans le tour des leaders qui se succèdent au fil des ravitaillements.

Pour l'instant, quatre marques se détachent avec la BMW M4 Rowe de Farfus-Yelloly-Catsburg relayant régulièrement en tête la Ferrari Iron Lynx de Rigon-Serra-Fuoco, la Mercedes AMG de Juncadella-Gounon-Marciello et la Porsche de Estre-Christensen-Lietz.

Partie dernière, la Porsche KCMG de Laurens Vanthoor est déjà remontée au 6ème rang. Le double vainqueur est actuellement le mieux classé de nos compatriotes devant Fred Vervisch, huitième sur l'Audi N°46, la mieux classée des WRT.

WRT est également en tête en Silver Cup avec la N°30 de Goethe-Simmenauer-Neubauer, 14ème au général juste devant l'Aston Martin de Maxime Martin.

En Gold Cup, c'est la Mercedes Benz de Hauopt-Scholze-Maini-Piani qui mène la danse, tandis qu'en Pro-Am la première place est toujours occupée par la Porsche Herberth Motorsport de notre compatriote Alessio Picariello.

Les huit marques candidates à la victoire pointent toujours dans le Top 18.

H + 4: Porsche et Mercedes emmènent la meute, Magnus et Baert premiers abandons

Effet Rossi, fin de la crise sanitaire, météo estivale ? Cela faisait des décennies, depuis les grandes heures des 24H Tourisme, que l'on avait plus vu autant de monde au départ du double tour d'horloge ardennais. Parler de 50 à 60.000 spectateurs n'était certainement pas exagéré.

Une véritable marée humaine a déferlé sur la grille de départ où les organisateurs étaient clairement dépassés, sous le regard d'une dizaine de policiers les bras croisés... attendant les ordres pour intervenir.

Il s'en est du coup fallu de très peu pour que le départ des 24 heures soit donné à l'heure. Mais alors que l'on attendait l'intervention rapide des voitures de sécurité, il a fallu près de deux heures avant que l'épreuve soit neutralisée pour la première fois. Ce qui n'avait pas empêché l'Audi N°26 des « rookies » Nicolas Baert et Gilles Magnus d'ouvrir la liste des abandons suite à une sortie de leur équipier français César Gazeau à Blanchimont. Châssis plié, la Saintéloc fermait définitivement le rideau de son stand. En quatre heures, on perdait déjà six des soixante-six voitures, dont la seconde Aston Martin de pointe de Ribeiras-Gunn-Eastwood.
Devant, la Porsche de Klaus Bachler passait la première heure en tête après avoir surpris la Mercedes du triple poleman Raffaele Marciello (rappelons que la Lamborghini de Caldarelli avait perdu sa pole pour non conformité moteur) à l'extinction des feux.
Elle était relayée après les premiers ravitaillements par les Mercedes Getspeed de Stolz -Schothorst-Gotz puis la Gruppe M de Engel-Grenier-Buhk.
La Porsche GPX des anciens vainqueurs Estre-Christensen-Lietz restait au contact tout comme la BMW M4 Rowe de Yelloly-Farfus-Catsburg.
Au petit jeu des premiers « FCY » et « Safety Car » Valentino Rossi (associé à notre compatriote Fred Vervisch) s'en sortait le mieux sur l'Audi WRT faisant un bon dans le classement du 25ème au 4ème rang pour le plus grand bonheur de ses milliers de fans. C'était l'inverse pour la N°32 des favoris Charles Weerts et Dries Vanthoor victime d'une crevaison et de déjà deux pénalités les repoussant en 20ème position, juste devant l'Aston Martin de Maxime Martin. La Porsche de son frère Laurens Vanthoor était elle déjà remontée du 66ème au 12ème rang, tandis que les Ferrari Iron Lynx n'étaient pas loin.

Trente-trois voitures, soit exactement la moitié du peloton était encore pointée dans le même tour. Parmi les favoris, la Lamborghini de Aitken-Bortolotti-Costa avait déjà perdu deux tours suite à une crevaison, tandis que les jeunes anciens rivaux du karting Benjamin Lessennes et Ulysse De Pauw, tous deux sur Audi, avaient déjà perdu toutes chances de podiums de catégorie Gold suite aux flingues de leurs riches équipiers Karim Ojjeh et Arnold Robin.

Cela ne sentait pas très bon non plus pour la Bentley Continental de Lémeret-Soulet-Bailly arrêtée sur la ligne de départ et poussée dans la pitlane...

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be