Retour aux sources pour le Rallye de Spa

Avec Thierry Neuville de retour dix ans après et les stars du BRC ce sera la fête du rallye avant les fêtes

Six ans et demi plus tard, le Rallye de Spa est de retour intégralement au coeur de la ville de Spa.
Six ans et demi plus tard, le Rallye de Spa est de retour intégralement au coeur de la ville de Spa. ©Spa Rally

C'est en quelque sorte un retour à la source. Pour la première fois depuis février 2016, le Spa Rally sera à nouveau intégralement basé ce week-end au coeur de la cité thermale.

On se souvient que les anciennes« Routes Blanches » rebaptisées « Boucles de Spa »lors de leur reprise par Alphonse Delettre en 1967 avaient vécu leur dernière édition en championnat de Belgique en 2004, vingt ans après la reprise de l'épreuve par Pierre Delettre suite au décès inopiné de son papa à l'âge de 56 ans.

Cette année là, Pieter Tsjoen avait imposé sa Toyota Corolla WRC et l'agitateur de la naissante Star Académy, Jean-Pascal Lacoste, avait garé sa petite Renault Clio ceinturée par quatre gardes du corps à l'antépénultième rang.

Après une année de pause, on avait assisté en 2006 à la naissance des Legend Boucles, une épreuve historique avec la victoire de la BMW 325iX strictement d'origine (même pas d'arceau) de Marc Timmers faisant la différence sur la glace de la célèbre Clémentine vingt ans après la victoire d'une autre voiture sortie du show room, la Ford Sierra XR4 Groupe N de Jean-Claude Probst.

En 2014, alors que l'épreuve de substitution de Pierre Delettre était à son firmament avec plus de 300 autos et pas mal d'anciennes gloires (on ne vous parle pas de pilotes modernes comme Lefèbvre, Bouffier, Ciamin ou Meeke, mais plutôt des Alen, Vatanen, Waldegaard, Blomqvist, Fréquelin, Altonen, Auriol, Chatriot, Evans père, Rovanpera père ou Everett) se succédant à l'affiche, les Legend déménageaient à Bastogne pour des raisons essentiellement budgétaires vu le manque de soutien de la ville.

L'année suivante, à la demande de l'ancien bourgmestre piqué au vif, Christian Jupsin lançait le Spa Rally en championnat moderne.

Deux ans plus tard, l'épreuve gardait un podium en face du casino mais les assistances étaient priées de déménager dans les parkings du circuit spadois où l'ambiance n'était plus la même.

En 2019, c'était au tour de la célèbre étape forestière de la Clémentine de disparaître aux noms de la sécurité et de l'écologie. « Cela avait aussi un coût élevé pour les concurrents obligés d'acheter des pneus terre et pour certains de changer de suspension pour cette seule spéciale, »explique le fils de l'organisateur Florian Jupsin. « C'était comme faire jouer des footballeurs avec des chaussures de gymnastique. Aujourd'hui, on préfère mettre sur pied un parcours 100% asphalte. »

Un tracé très sélectif et très attractif avec du connu comme Stavelot, Chevron ou l'étape de Spa mais aussi de solides nouveautés (Bruyères, Charneux) lors de la deuxième étape dominicale. Merci à Bernard Herman pour ces magnifiques spéciales et cette perpétuelle remise en questions.

Après cinq ans d'exil ou d'annulations pour cause de Covid, le Spa Rally qui conserve son caractère hivernal (on annonce entre deux et moins deux ce week-end dans la région) et a désormais pris sa place en fin de saison plutôt qu'en début d'année, sort donc de sa quarantaine. On vivra dès ce vendredi avec le shake down entre 12h et 18h sur les hauteurs du Maquisard et de Creppe un retour en grandes pompes à Spa où le marché de Noël attendra le 9 décembre avant d'ouvrir ses portes. Avec un podium et un chapiteau Place Royale face au Radisson et des assistances pour les 130 équipages éparpillées un peu partout dans la cité d'eau, entre la Place de l'Hôtel de Ville, le parking du Casino ou l'avenue Reine Astrid. Tout cela grâce à l'aval de madame la bourgmestre, une certaine Sophie Delettre, fille de Dany Delettre, l'autre fils d'Alphonse, concurrent jadis des Boucles (ah cette Alfa GTV6!)

On devrait donc retrouver un peu l'ambiance d'antan dans les cafés spadois où l'on se réjouit du retour de notre ambassadeur mondial Thierry Neuville aux commandes d'une spectaculaire BMW M3 Groupe A alignée par sa propre structure Lifelive. Une première pour le pilote officiel Hyundai à Spa depuis sa participation aux Legend Boucles 2013 aux commandes d'une Ford Escort MKII, il y a quasi dix ans...

Même s'il conservera son numéro 11 habituel, notre quintuple vice-champion du monde sera le premier à s 'élancer samedi matin, devant les trois principaux candidats à la victoire finale que son Stéphane Lefèbvre (Citroën C3), Grégoire Munster (Hyundai i20) et Gino Bux (Skoda Fabia) avec leurs plus modernes Rally2. Des voitures de rallye dans le froid et la nuit à Spa avec une vedette mondiale et une Delettre donnant les clés en coulisses (même si aujourd'hui c'est une autre famille toute entière, les Jupsin de Theux, qui fait vivre le rallye), on en revient aux bonnes vieilles traditions et c'est tant mieux. Voilà tous les ingrédients réunis pour passer un bon rallye spadois. Pour que la fête le reste, il ne manque plus qu'une chose. La plus importante sans doute aujourd'hui pour la survie du rallye : le respect des commissaires et des consignes de sécurité. Amis spectateurs, on compte vraiment sur vous.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be