Dakar : le vendredi noir d'Audi

Al-Attiyah et Toyota seuls au monde après la faillite du clan d'Ingolstadt

Deux dictons ressortent au soir de la sixième étape du Dakar pour qualifier l'incroyable déroute d'Audi : "Rien ne sert à courir, il faut partir à point" ou, si on veut être plus cynique, "Bien mal acquis ne profite jamais" quand on fait écho à la vive polémique autour des machines allemandes qui agite le bivouac depuis mercredi...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...