Le départ des 24 heures du Mans a été particulièrement agité pour les troupes belges. A l'amorce du virage Dunlop, René Rast, au volant de l'Oreca WRT n°31, se rabattait sur l'Oreca United n°22 de Will Owen, lequel percutait... l'Oreca WRT n°41 de Ferdinand Habsburg ! Tandis que la LMP2 de l'équipe anglaise virait dans le bac à graviers, l'Autrichien était contraint d'effectuer un tour complet au ralenti avec des dommages à l'arrière-droit. L'Oreca bleue azur perdait déjà deux rondes sur les leaders. Reconnu coupable de la collision, Rast devait pour sa part purger un stop and go d'une minute, de quoi lui faire perdre près d'un demi-tour. Guère mieux pour la Ferrari 488 Iron Dames de Sarah Bovy, son équipière Michelle Gatting devant repasser par les stands suite à une crevaison.

Aux avant-postes, la course est relativement calme. Les deux Toyota GR010 paradent en tête avec la n°8 de Buemi-Hartley-Hirakawa précédant la n°7 de Lopez-Conway-Kobayashi pour quatre secondes. La première Glickenhaus, la n°708 de Pla-Dumas-Derani, est à 25 secondes de la tête. Cinq secondes derrière, la Glickenhaus n°709 de Mailleux-Westbrook-Briscoe et l'Alpine n°36 de Lapierre-Negrao-Vaxivière se chamaillent pour le gain de la quatrième place. En LMP2, l'Oreca JOTA n°38 de Da Costa-Davidson-Gonzalez mène la danse devant l'Oreca Prema n°9 de Delétraz-Kubica-Colombo. L'Oreca WRT rescapée, la n°32 de Bortolotti-D.Vanthoor-Ineichen, est cinquième de classe.

Les Corvette mènent le bal en GTE-Pro avec la n°64 de Tandy-Sims-Milner devant la n°63 de Catsburg-Garcia-Taylor pour cinq secondes. La Porsche 911 RSR n°92 de Estre-L.Vanthoor-Christensen est à sept secondes. En GTE-Am, Alessio Picariello a réalisé une formidable remontée sur la Porsche 911 RSR n°99 Hardpoint pour s'emparer de la tête de la catégorie alors qu'il démarrait 11ème de sa classe. Chargé de prendre le départ sur la Porsche 911 RSR n°88 Dempsey-Proton, Jan Heylen a également fait une belle remontée jusqu'en 6ème position.