Jeu, set et match pour Toyota sur cette 90ème édition des 24 heures du Mans. A l'issue d'un cru 2022 où le constructeur japonais a tué tout suspense dès les premières heures de course, les GR010 réalisent un imparable doublé. La n°8 de Sébastien Buemi, Ryo Hirakawa et Brendon Hartley a pris définitivement l'ascendant sur la n°7 de José Maria Lopez, Mike Conway et Kamui Kobayashi vers 8 heures du matin quand cette dernière a perdu un tour suite à un souci technique. Un retard que les vainqueurs 2021 n'allaient jamais résorber.

En décrochant un 4ème succès en cinq ans dans la Sarthe, Buemi rejoint Olivier Gendebien, Yannick Dalmas et Henri Pescarolo au palmarès des quadruples vainqueurs de l'épreuve. Pour Brendon Hartley, c'est la passe de trois. Pour Ryo Hirakawa, il s'agit en revanche d'une grande première.

Sans jamais avoir constitué une réelle menace pour Toyota, Glickenhaus voit ses SCG007 prendre les 3ème et 4ème places. Pour Jim Glickenhaus, c'est le tout premier podium au Mans. La n°709 de Franck Mailleux, Ryan Briscoe et Richard Westbrook finit à 5 tours de la Toyota souveraine, précédant de 5 rondes la n°708 d'Olivier Pla, Romain Dumas et Pipo Derani qui a perdu un temps précieux en soirée suite à un bris de suspension.

L'équipe JOTA prend sa revanche sur l'épilogue de 2021 avec une victoire autoritaire en LMP2. Will Stevens, Antonio Felix Da Costa et Antonio Gonzalez finissent 5èmes au général sur l'Oreca n°38 et devancent pour 2:20 l'Oreca Prema Racing n°9 de Lorenzo Colombo et des deux héros malheureux de l'an dernier, Robert Kubica et Louis Delétraz. Troisième place pour la deuxième Oreca JOTA, la n°28 de Rasmussen-Aberdein-Jones. La meilleure Oreca WRT classée, la n°32 de Dries Vanthoor, Mirko Bortolotti et Rolf Ineichen, termine 11ème de classe à l'issue d'une édition à oublier pour les hommes de Vincent Vosse.

Jean Glorieux repart avec un podium de catégorie pour ses premières 24 heures du Mans. Associé au Français Alexandre Cougnaud et à l'Allemand Laurents Hörr, le Courtraisien termine 3ème du LMP2 Pro-Am sur l'Oreca n°3 de l'équipe eupenoise DKR Engineering et ce, malgré deux écarts de sa part et de Hörr.

Corvette au tapis, Porsche en a profité pour signer la victoire en GTE-Pro avec la 911 RSR n°91 de Gianmaria Bruni, Richard Lietz et Fred Makowiecki. Très discrètes après les qualifs, les Ferrari AF Corse complètent le podium. La 488 n°51 de Calado-Pier Guidi-Serra termine à un tour devant la n°52 de Fuoco-Rigon-Molina. Laurens Vanthoor et ses équipiers Kévin Estre et Michael Christensen loupent le podium pour un tour. Ah, sans cette crevaison matinale qui a fait perdre trois tours au Limbourgeois alors qu'il était la principale menace de la dernière Corvette qui a fini par abandonner...

Aston Martin a défait les armadas Porsche et Ferrari en GTE-Am. La Vantage n°33 de Ben Keating, Marco Sorensen et Henrique Chaves a eu le dernier mot, devançant d'un tour la Porsche 911 RSR n°79 WeatherTech de MacNeil-Andlauer-Merrill et l'Aston Martin Vantage n°98 Northwest AMR de Dalla Lana-Pittard-Thiim.

Formidable performance de Jan Heylen pour ses premières 24 heures du Mans. Epaulant Fred Poordad et Maxwell Loot sur la Porsche 911 RSR n°88 du Dempsey-Proton Racing, il avouait qu'un Top 5 serait comme une victoire pour ses équipiers et lui. Mission accomplie avec maestria pour notre ancien pilote de Champ Car qui termine 5ème du GTE-Am, à 27 secondes seulement de la 4ème place. A coup sûr, une belle histoire que celle du vainqueur des 24 Heures de Daytona 2022 en GTD.

Sarah Bovy achève l'épreuve au 7ème rang de la catégorie avec ses équipières Rahel Frey et Michelle Gatting sur la Ferrari 488 n°85 des Irons Dames. Une prestation honorable malgré une crevaison en début de course et une pénalité pour non-respect des limites de la piste.

Alessio Picariello a stupéfait tout le monde par sa vitesse de pointe, se fendant notamment d'un premier relais d'anthologie. Malheureusement, les efforts du Carolo ont été réduits à néant à une heure de l'arrivée quand son équipier Andrew Haryanto s'enlisait dans le bac à graviers et effectuait un tour complet au ralenti. Au lieu de finir sur le podium, la Porsche 911 RSR n°99 Hardpoint de "Pica" terminait au 11ème rang du GTE-Am. Mais le garçon a marqué les esprits ce week-end, ce qui est le principal pour son futur.

Ainsi s'achève l'édition 2022 des 24 heures du Mans. A très vite pour le débriefing, l'analyse, les interviews et le bilan d'après-course sur DH Les Sports +.

H+20 : l'Oreca WRT de pointe au tapis, ennuis pour Picariello

Les années se suivent et ne se ressemblent pas pour WRT. L'écurie belge ne gagnera pas la catégorie LMP2 cette année au Mans. Le team de Vincent Vosse a perdu son meilleur élément avec l'Oreca n°31. Robin Frijns est sortie à Indianapolis, le proto rouge étant méchamment endommagé. Game over pour le Néerlandais et ses équipiers Sean Gelael et René Rast. Le déception est palpable dans l'équipe qui avait gagné dès sa première apparition dans la Sarthe l'an dernier.

Alors qu'il réalisait une course mémorable et que le podium voire la victoire en GTE-Am était en vue, Alessio Picariello voyait ses efforts ruinés quand la Porsche 911 RSR n°99 Hardpoint était victime d'une crevaison provoquant des dégâts à l'arrière-droit. La Porsche grise et or restait 5 minutes dans la pitlane et chutait au 5ème rang de la catégorie, à trois tours des leaders. Vraiment dommage...

Devant, R.A.S. La Toyota GR010 n°8 de Buemi-Hartley-Hirakawa mène la danse mais la n°7 de Conway-Kobayashi-Lopez est revenue dans le même tour, à 2 minutes 40 secondes. La Glickenhaus n°709 de Mailleux-Westbrook-Briscoe est troisième mais à quatre tours devant les Oreca JOTA qui signent le doublé provisoire en LMP2, la n°38 de Da Costa-Stevens-Gonzalez devançant la n°28 de Jones-Rasmussen-Aberdein pour 2 minutes. Dries Vanthoor (Oreca WRT n°32) est huitième. Malgré une deuxième sortie, l'Oreca DKR n°3 de Jean Glorieux est 3ème du Pro-Am.

La Porsche 911 RSR n°91 de Bruni-Lietz-Makowiecki mène Ła danse en GTE-Pro avec 41 secondes d'avance sur la Ferrari 488 n°51 AF Corse de Calado-Pier Guidi-Serra et un tour sur la n°52 de Rigon-Fuoco-Molina. Laurens Vanthoor (Porsche n°92) est 4ème du GTE-Pro, à un tour du podium. Leadership Aston Martin en GTE-Am avec la Vantage n°33 TF Sport de Keating-Chaves-Sorensen. 6ème place pour Jan Heylen (Porsche n°88 Dempsey-Proton) tandis que Sarah Bovy (Ferrari n°85 Iron Dames) est 8ème de classe.

H+16 : la Toyota n°7 au ralenti, crevaison spectaculaire pour la Porsche de Vanthoor

Peu avant le cap de la 16ème heure de course, le réveil a été brutal pour Toyota et Porsche. Peu après 7h30, alors qu'elle menait en GTE-Pro depuis la tombée de la nuit et les ennuis des Corvette, c'était au tour de la Porsche 911 RSR n°92 d'être frappée par la guigne. Michael Christensen était victime d'une impressionnante crevaison à haute vitesse dans la ligne droite de Mulsanne, plusieurs parties de la face avant de la belle allemande s'envolant au passage. La Porsche vient de regagner la piste avec Laurens Vanthoor au volant mais avec trois tours de retard sur la Corvette n°64 de Tandy-Sims-Milner qui récupère le commandement après son changement de disques de freins.

Par après après, autre coup de théâtre avec la Toyota GR010 n°7 annoncée au ralenti à Arnage ! La Nippone parvenait à rejoindre son stand et à repartir mais avec un tour de retard sur la voiture-soeur n°8 de Buemi-Hartley-Hirakawa. Pour les tenants du titre dans la Sarthe, José Maria Lopez, Kamui Kobayashi et Mike Conway, c'est un sacré contre-temps et peut-être la victoire qui s'envole. La Glickenhaus n°709 de Westbrook-Briscoe-Mailleux est 3ème mais à 4 tours.

En LMP2, la bagarre fait toujours rage. L'Oreca JOTA n°38 de Gonzales-Da Costa-Stevens mène la danse devant la n°9 Prema de Kubica-Delétraz-Colombo qui est à 90 secondes. La n°28 JOTA de Rasmussen-Jones-Aberdein. Après avoir pointé au troisième rang de la catégorie jusqu'au lever du jour, l'Oreca n°31 WRT de Frijns-Rast-Gelael est redescendue en 8ème position, devant la voiture-soeur n°32 de D.Vanthoor-Ineichen-Bortolotti. 16ème position pour la n°41 de Nato-Habsburg-Andrade. L'Oreca n°3 DKR de Jean Glorieux est 19ème du LMP2 et 3ème du Pro-Am.

Chassé-croisé entre l'Aston Martin Vantage n°33 TF Sport de Keating-Chaves-Sorensen et la Porsche 911 RSR n°99 Harpoint de notre Alessio Picariello national. Au gré des ravitaillements, l'Anglaise et l'Allemande s'échangent le leadership. 9ème rang pour la Porsche 911 RSR n°88 Dempsey-Proton de Jan Heylen, trois rangs devant la Ferrari 488 n°85 Iron Dames de Sarah Bovy.

H+8 : Les Toyota roues dans roues, Jota toujours en tête en LMP2, Vanthoor leader en GTE-Pro

Alors que la nuit est tombée sur Le Mans et que l'on a franchi le tiers de la distance, les deux Toyota poursuivent leur cavalier seul, la N°7 de Conway-Kobayashi-Lopez précédant d'une seconde la N°8 de Hartley-Buemi-Hirakawa. Sauf catastrophe, la victoire se jouera entre ces deux GR010.

Après 8h, la première des Glickenhaus, la 709 de Mailleux-Westbrook-Briscoe pointe déjà à deux tours, tandis que la voiture soeur a perdu cinq tours suite à une sortie d'Olivier Pla à la sortie des Esses du Tertre Rouge. L'Alpine accuse elle un retard de huit tours déjà suite à ses problèmes de boîtier d'embrayage et de bobine.

Cela permet à la première LMP2, la Jota de Gonzales-Da Costa-Stevens de se hisser au 4ème rang provisoire. Elle devance la Prema et la TDS sur laquelle Nyck De Vries, invité à remplacer en dernière minute l'exclu Cimadomo, a effectué un magnifique relais.

Retardée en début de course après avoir reçu une pénalité d'une minute pour sa bousculade du départ, la WRT N°31 de Rast-Frijns-Gelael est déjà remontée au 6ème à un peu plus d'une minute des leaders. Tous les espoirs restent permis dans le camp de l'écurie belge, même si Rolf Ineichen a perdu pas mal de temps au volant de la N°32 de Dries Vanthoor retombé en dehors du Top 10.

Après son petit couac de son premier relais, Jean Glorieux est revenu sur le podium provisoire en LMP2 Pro-AM.

Suite aux soucis des Corvette (frais pour la N°64 et suspension cassée pour la N°63), la Porsche de Laurens Vanthoor a pris la tête de la catégorie GTE-Pro. Notre compatriote devance de près de deux minutes la voiture soeur de Bruni-Makowiecki-Lietz.

En GTE-AM, ce sont aussi les Porsche 911 RSR que l'on retrouve aux avant-postes avec la Weathertech de Andlauer-Cooper-Millroy en tête. La première Aston Martin Vantage est troisième. Alessio Picariello a ramené sa Porsche Hardpoint Proton Dempsey au 5ème rang, tandis que Jan Heylen est revenu 8ème et que les les Iron Dames parmi lesquels Sarah Bovy se retrouvent aux portes du Top 10 de la catégorie après ses contre-temps de début de course.

(H+4) : Toyota caracole en tête, WRT remonte, les Vanthoor sur le podium, Sarah pénalisée

Après quatre heures, soit au sixième de la course, les deux Toyota GR010 Hypercar caracolent toujours en tête, la N°8 du poleman Brendon Harrtley ayant repris l'avantage sur la N°7 de José-Maria Lopez. Les deux voitures roulent l'une derrière l'autre et possèdent déjà plus d'une minute d'avance sur la première Glickenhaus pilotée par Romain Dumas.

La deuxième Glickenhaus pointe à un tour, tandis que l'Alpine vient de perdre 4 tours dans son box suite à un problème technique. La « fausse » Hypercar chute ainsi au 27ème rang absolu.

En LMP2, après la minute de pénalité infligée à René Rast pour avoir occasionné le crash du départ, c'est l'Oreca-Gibson Jota N°38 de Stevens-Gonzales-Da Costa qui mène la danse 2'10 devant la voiture soeur.

Auteur d'un bon premier relais, Dries Vanthoor a relayé Mirko Bortolotti et complète le podium provisoire sur la première des Oreca WRT à 2'12. Les deux autres cravachent pour revenir après les ennuis de début de course. Elles pointent aux 9ème (la N°31) et 14ème (la N°41) rangs.

Après un super début de course de Laurentz Horr sur l'Oreca DKR, notre compatriote Jean Glorieux a endommagé son capot lors d'une petite faute. Il a rétrogradé en 20ème position en LMP2, la quatrième en Pro-Am.

EN GTE-Pro, la Corvette de Garcia-Taylor-Catsburg occupe toujours la première place devant les deux Porsche usine de Lietz-Bruni-Makowiecki et de notre compatriote Laurens Vanthoor (3e à 44 secondes) associé à Kevin Estre et Michael Christensen.

En GTE-AM, deux Porsche (la Weathertech de Andlauer-Merrill-Cooper en tête) devancent deux Aston Martin. Après un excellent début de course le propulsant de la 11ème à la 1ère place, Alessio Picariello a retrouvé sa position de départ après le relais de son équipier Bronze Ryo Haryanto. Jan Heylen est lui retombée seizième après avoir cédé son volant à son équipier amateur.

Après une crevaison de son équipière en début de course, Sarah Bovy a reçu une pénalité pour non respect d'une Slow Zone. La Ferrari rose occupe actuellement la 15ème place mais tourne dans des très bons chronos et peut toujours espérer remonter dans le Top 5.