Et a comme chaque années apporté son lot d'incident et d'accidents. Cela a débuté en début de soirée par le gros crash de l'Oreca Duqueine de Tristan Gommendy avant la première chicane des Hunaudières et, quasi simultanément, la perte d'aileron et l'accident de la ByKollès alors pilotée par Bruno Spengler. Ces deux autos abandonnaient, pilotes indemnes, mais une neutralisation de plus d'une heure était nécessaire pour réparer le rail. On ne battra pas de record à la distance cette année...

Peu avant 22h, la Toyota #8 de Buemi-Nakajima-Hartley était rentrée dans son box pour un souci de freins. Elle y perdait un tour. La #7 caracolait bien en tête, mais juste après la mi-course, vers 2h30 du matin, elle perdait soudainement sept tours suite au remplacement d'un turbo. La course basculait dans le clan japonais avec une #7 décidément maudite sur cette épreuve alors qu'il avait pourtant tant réussi à Joest et Porsche dans le temps.

La #8 s'emparait dès lors du leadership. Au lever du jour, alors que de la pluie est annoncée pour la fin de course, Kazuki Nakajima, Sébastien Buemi et Brendon Hartley possèdent deux tours d'avance sur la Rebellion de Nato-Senna-Ménezes et quatre sur l'autre de Dumas-Berthon-Deletraz. La deuxième TS050 Hybrid pointe à six tours, soit quatre rondes d'un doublé difficile mais toujours possible.

En LMP2, après la disqualification de la Jackie Chan DC d'Aubry-Tung-Stevens pour aide extérieure (le pilote français avait utilisé son portable pour demander à son équipe ce qu'il devait faire après tombé en panne électrique sur le circuit) et la fuite d'huile sur l'Oreca United de Van Uiter,t-Brundle-Owen, c'est la voiture soeur, la 22 de Albuqerque-Hanson-Di Resta, légèrement impliquée dans l'accident de Gommendy hier soir, qui mène la danse 47 secondes devant l'Oreca Jota d'Anthony Davidson, Roberto Gonzales et Antonio Felix Da Costa. La Panis Racing de Canal-Jamin-Vaxivière est troisième mais déjà à deux tours.

En GTE-Pro, Maxime Martin et son Aston Martin Vantage continue à lutter à la seconde avec la Ferrari 488 des tenants du titre Calado-Pierguidi-Serra. L'écart est de 11 secondes, quasi le plus grand depuis le début de l'épreuve. C'est bien parti pour se jouer au sprint entre Aston et Ferrari.

En GTE-AM aussi c'est une Vantage qui mène la danse, la #90 TF Sport de Salih Yoluc, Jonathan Adam et Charlie Eastwood.

Laurens Vanthoor est toujours en course au 42e rang absolu, tandis que la Porsche Proton d'Adrien de Leener qui avait perdu trois heures en début d'épreuve est 48e et dernière des voitures n'ayant pas abandonné.