Les 50èmes 24 Heures du Nürburgring sont définitivement à ranger parmi les grands crus. Une météo grandiose pendant la grande majorité du week-end, une pluie redistribuant les cartes le dimanche, pas moins de 230.000 spectateurs présents, une lutte sans merci entre des constructeurs prestigieux, il faisait bon d'être sur la Nordschleife cette année. Avec, au bout du compte, de beaux vainqueurs qu'on n'attendait pas nécessairement.

Avec un soutien moins appuyé de l'usine que lors des éditions précédentes et des R8 LMS légèrement en retrait par rapport aux BMW et aux Mercedes sur le plan de la performance, Audi ne partait pas avec les faveurs des pronostics cette année. Mais Dries Vanthoor, Fred Vervisch, Robin Frijns et Kelvin Van der Linde sont parvenus à faire la différence en rendant une copie presque parfaite au volant de la R8 LMS n°15 engagée par le Phoenix Racing. Pointant constamment aux avant-postes, le bolide aux anneaux s'est définitivement affirmé comme un prétendant à la victoire au coeur de la nuit.

La victoire s'est jouée sous la pluie dans le dernier quart de course. Devant composer avec le retour de la Mercedes-AMG GT3 n°3 Getspeed BWT de Schiller-Christodoulou-Götz, l'Audi R8 n°15 repoussait sa rivale quand cette dernière faisait le choix des pneus slicks alors que la piste était encore détrempée par endroits et que les pneus retaillés étaient le meilleur choix. Une victoire amplement méritée pour le quatuor Vanthoor-Vervisch-Frijns-Van der Linde. Pour nos diables rouges Dries Vanthoor et Fred Vervisch tout comme pour le Sud-Africain Van der Linde, on entre dans le cercle des doubles vainqueurs dans l'Enfer Vert. Ils rejoignent notamment Roberto Ravaglia, Joachim Winkelhock et Bernd Schneider au palmarès. Un beau dénouement pour Dries, passé par toutes les émotions pendant l'épreuve suite à son contact spectaculaire avec son frère Laurens.

Jusqu'au bout, les Mercedes roses de l'équipe Getspeed BWT auront tout tenté. Mais l'un ou l'autre pari stratégique hasardeux a peut-être empêché les panthères roses de défaire l'Audi n°15. La n°3 d'Adam Christdoulou, Fabian Schiller et Maxi Götz rate le coche pour 55 petites secondes malgré un dernier coup de rein signé Christodoulou et une pénalité potentielle, qui n'est pas tombée, pour l'Audi suite à une irrégularité lors du dernier pitstop. La n°4 de Jules Gounon, Marc Engel, Daniel Juncadella complète le podium. Les Audi Car Collection n°22 de Müller-Rast-Haase-Niederhauser et n°24 de Kolb-Drudi-Mies-Niederhauser intègrent le quinté de tête.

Le Top 8 est monopolisé par des Audi et Mercedes. Les autres marques se sont en effet prises les pieds dans le tapis. La consternation est totale chez BMW Motorsport puisque toutes les M4 GT3, pourtant annoncées favorites, ont renoncé soit sur accident soit sur souci de fiabilité. La marque à l'hélice a perdu son dernier élément à 30 minutes de l'arrivée. Pointant encore dans le Top 5, la n°20 Team Schubert de Klingmann-Sims-Krohn-Krütten a rendu son dernier soupir. La meilleure Porsche 911 GT3-R, la n°33 Falken Motorsport de Pilet-Evans-Seefried-Müller, finit 9ème.

On note d'autres Belges ou affiliés dans le Top 40. Très belle 22ème place absolue et médaille d'argent en SPX pour le Finlandais d'Eupen Markus Palttala (KTM X-BOW n°117). Tom Cloet (Porsche Cayman n°262) finit 39ème général et 6ème en Cup 3. A la 42ème position scratch et la 4ème en SP10, on retrouve les belgo-turcs Hakan et Recep Sari (BMW M4 GT4 n°79). Arrivée pour le quatuor Olivier Muytjens, 'Brody', Jacques Derenne et Kurt Dujardyn, 86èmes au général et 4ème en SP3 sur leur Toyota GT86 n°140.

H+18 : l'Audi de Vervisch et Vanthoor en tête, gros écrémage nocturne

Une fois de plus, le déchet a été particulièrement significatif pendant la nuit des 24 Heures du Nürburgring et ce même avant le premier tiers de la course. Chez Aston Martin, la déception est énorme. Avant les douze coups de minuit, Nicki Thiim, l'équipier de Maxime Martin, était impliqué dans un accident au volant de la Vantage GT3 TF Sport n°90. Dommage pour le clan anglais qui avait dominé les sept premières heures de course. C'est également terminé pour Alessio Picariello (Porsche Falken n°44), victime d'une manoeuvre agressive de Nico Müller (Audi Car Collection n°22).

Chez BMW, c'est la gueule de bois puisque les deux M4 GT4 du ROWE Racing ont été mises au tapis, tout comme la n°101 du Walkenhorst Motorsport et la n°72 du Junior Team. Annoncées favorites de cette édition 2022, les Bavaroises déçoivent. Audi a également perdu des plumes avec l'abandon de la R8 n°5 Phoenix Racing, Kelvin Van der Linde s'accrochant avec une voiture plus lente.

Alors qu'il reste six heures de course à disputer, ce sont Fred Vervisch et Dries Vanthoor qui virent en tête de l'épreuve sur l'Audi R8 LMS n°15 Phoenix Racing qu'ils partagent avec Robin Frijns et Kelvin Van der Linde. Vainqueurs en 2019, le Courtraisien et le Limbourgeois peuvent-ils réitérer l'exploit ? On en est pas encore là, d'autant que la pluie est menaçante et, surtout, que Mercedes-AMG sonne la charge juste derrière. Vervisch, actuellement au volant, n'a que 19 secondes d'avance sur la Mercedes Getspeed n°3 pilotée par un Adam Christodoulou déchaîné.

L'unique BMW M4 GT3 de pointe rescapée, la n°20 de l'équipe Schubert avec le quatuor Sims-Klingmann-Krohn-Krütten, pointe au troisième rang mais devrait bientôt s'arrêter. Ce serait donc la Mercedes-AMG GT3 n°4 Getspeed de Gounon-Juncadella-Engel qui devrait reprendre la troisième place provisoire. Cinquième place pour l'Audi R8 LMS n°22 Car Collection de Rast-Müller-Haase-Niederhauser. La première Porsche 911 GT3-R, la n°33 Falken Motorsports de Pilet-Evans-Müller-Seefried, n'est que 10ème.

36ème place absolue et sixième rang en Cup 3 pour Tom Cloet (Porsche Cayman n°262). Il devance Recep et Hakan Sari (BMW M4 GT4 n°79), troisièmes en SP10. Quatrième place en SP3 et 96ème position scratch pour Muytjens-Brody-Derenne-Dujardyn (Toyota GT86 n°140). L'Aston Martin Vantage n°80 PROSport de Dumarey-Dumarey-Glorieux-Balcaen a en revanche abandonné au coeur de la nuit.

H+6 : Max Martin et son Aston tiennent en respect les Allemands

Le début de ces 50èmes 24 Heures du Nürburgring est tout simplement idyllique. Une météo parfaite, des spectateurs revenus en (très) grand nombre, une ambiance de feu, des bagarres à couteaux tirés et, déjà, des coups de théâtre. Le principal fait de course était le duel fratricide entre Laurens Vanthoor et Dries Vanthoor. Les deux frangins se sont cherchés et trouvés. Ne lâchant pas un centimètre de terrain, Laurens et Dries finissaient par se toucher, l'aîné finissant dans le rail au volant de la Porsche 911 GT3-R n°1 du Manthey Racing. Au bout de 23 tours, c'était donc déjà fini pour Laurens et l'équipe tenante du titre. Gageons qu'à Zuffenhausen, cet excès de zèle de Vanthoor ne va pas faire plaisir, Porsche ayant perdu son meilleur élément avec la "Grello".

Les couleurs belges sont heureusement sauves grâce à Maxime Martin. L'Aston Martin Vantage GT3 n°90 TF Sport que le Bruxellois partage avec Nicki Thiim, Marco Sorensen et David Sorensen fait actuellement la nique aux voitures allemandes. Après le passage de tous les favoris par la pitlane, c'est la belle anglaise qui mène au quart de l'épreuve. L'Aston de Martin et ses camarades possède une trentaine de seconde d'avance sur la BMW M4 GT3 n°98 ROWE Racing de Wittmann-Catsburg-Edwards-Van der Linde. L'Audi R8 LMS n°15 Phoenix Racing de Dries Vanthoor et Fred Vervisch, associés à Robin Frijns et Kelvin Van der Linde, est troisième à près de 50 secondes. Les deux premières Mercedes-AMG GT3, la n°3 de Christodoulou-Götz-Schiller et la n°4 de Gounon-Engel-Juncadella, complètent le Top 5 et sont à plus d'une minute.

Du côté des autres Belges, Alessio Picariello est 17ème sur la Porsche 911 GT3-R n°44 Falken Motorsports. C'est en revanche fini pour un autre Porschiste national, Adrien De Leener, dont la Porsche 911 GT3-R n°29 Dinamic ouvrait la liste des abandons. On notera que le quatuor Dumarey-Dumarey-Glorieux-Balcaen (Aston Martin GT4 n°80 PROSport) mène la danse en SP8T et est 50ème au général. 4ème place en SP10 et 65ème position scratch pour Recep et Hakan Sari (BMW M4 GT4 n°79), deux rangs derrière Tom Cloet (Porsche Cayman n°262) qui est 6ème en Cup 3. Après bien des péripéties, la Toyota GT86 n°140 de Brody-Muytjens-Derenne-Dujardyn est toujours en course mais lointaine 122ème au général.