Moteurs

Sébastien Loeb et Daniel Elena sont des évangiles. Il faut dire que l’Alsacien et son fidèle copilote monégasque font partie du carcan très sélect des personnalités du sport auto qui font l’unanimité auprès des fans et des observateurs. 

Alors, quand Elena se fâche contre les organisateurs qui ont commis une maladresse en laissant une erreur dans le roadbook, les applaudissements vont à tout rompre.

“Si je suis dans le baquet ce vendredi, c’est pour Seb et au nom de notre amitié, pour nos partenaires, pour l’équipe et pour les fans”, enrageait Danos. “Quand je fais une erreur, je la reconnais. Je l’ai toujours reconnu et je peux être fier d’être quelqu’un de droit. Je suis énormément déçu de voir que les personnes qui gèrent un événement avec la renommée du Dakar n’en sont pas capables.”

Mais cette mésaventure a décuplé la motivation de Loeb et Elena lors de l’ultime étape avant la journée de repos de samedi. En survolant l’étape ralliant Tacna à Arequipa, ils ont transformé leur colère en km/h.

Après le CP3, ils comptaient 11 minutes d’avance sur Nasser Al-Attiyah (Toyota) et n’auraient plus eu que 41 minutes de retard au classement général. Sachant qu’ils ont perdu 40 minutes dans l’affaire du roadbook erroné, pas besoin de faire un calcul savant pour comprendre que Seb et Danos seraient au coude-à-coude avec leur compère qatari.

Du côté des MINI , ce n’est une fois de plus pas la grande joie. “Il va falloir gérer l’ensablement, la navigation…”, avait mis en garde Stéphane Peterhansel. Après les ennuis à répétition de Carlos Sainz, c’est Peter qui mettait un genou à terre au km 478. Décidément marqué pas de chance pour Monsieur Dakar qui avait mouliné petit jeudi pour se réserver pour ce vendredi.

Les motards ont, quant à eux, réservé du beau spectacle. Sam Sunderland a certes remporté la victoire mais ce n’est rien comparé à son beau geste qui fut de rester au chevet de Paolo Gonçalves, blessé après une chute. Place désormais à la journée de repos dont les concurrents ont bien besoin. Car, comme l’a signalé Peterhansel : “La deuxième semaine sera encore plus compliquée…”