Avec seulement 12 voitures engagées, SRO espérait sans doute mieux pour la finale de l’Intercontinental GT Challenge 2020. Soit, les têtes d’affiche ont toutes fait le déplacement en Afrique du Sud pour la 2e édition des 9H de Kyalami à la sauce GT3.

La lutte pour le titre officieux de champion du monde du GT3 vaudra son pesant de cacahuètes. Auréolé d’une victoire rocambolesque aux 24H de Spa, Laurens Vanthoor et son pote Earl Bamber arrivent en leaders de l’IGTC. Mais 8 autres équipages peuvent encore être mathématiquement champions. La tâche a mal débuté pour Laurens qui partira antépénultième. Mais quand on se souvient d’où le Limbourgeois était parti dans les Ardennes, le même scénario peut très bien se reproduire.

Face à Vanthoor, deux Belges peuvent encore être sacrés, surtout Maxime Soulet. La vainqueur des 12H de Bathurst, qui n’a que 3 points de retard sur Laurens, partira de surcroît en 1re ligne. Un ultime triomphe serait un superbe épilogue pour le programme officiel Bentley.

Fred Vervisch sait pour sa part qu’un sacré concours de circonstances lui permettrait de coiffer tout le monde au poteau. Le Courtraisien, qui fait équipe avec Charles Weerts, voudra conclure 2020 en beauté, tout comme Dries Vanthoor, hors du coup pour le titre après la débâcle ardennaise.

Un autre noir-jaune-rouge voudra aussi faire un feu d’artifice à Kyalami. La Honda NSX de Bertrand Baguette respire la santé et est autoritaire depuis le début du week-end. Gageons que "BB" et sa Nippone seront les grands arbitres de cette finale sud-africaine où la qualité est là à défaut de la quantité.