Grosse tuile pour le Championnat du Monde d’Endurance. Alors que les rumeurs évoquaient un retrait d’Audi de la discipline fin 2017, c’est déjà dans trois semaines à Bahrein que la marque aux anneaux, monstre sacré du WEC, tirera sa révérence au terme d’une saison où les R18 sont clairement passées à côté au Mans (deuxième défaite consécutive) et tirent la langue face à leur cousine Porsche.

Avec seulement deux Porsche et deux Toyota, soit quatre prototypes en LMP1 suite au passage de Rebellion en LMP2, c’est carrément l’avenir de la discipline qui se trouve subitement mis en péril dans l’attente de l’arrivée ou du retour d’un troisième constructeur.

Depuis le retour victorieux de Porsche, on pouvait forcément craindre ce retrait d’un constructeur qui aura régné en maître durant une quinzaine d’années sur la discipline avec notamment treize victoires au Mans.

André Lotterer, triple lauréat de l’épreuve mancelle et champion du monde d’endurance avec Audi regrette bien sûr cette décision : « C’est dommage. Je dois maintenant voir ce qui est le mieux pour moi, » a déclaré le pilote de Nivelles. Prendra-t-il la place laissée vacante par Mark Webber chez Porsche ? C’est une possibilité. Suivra-t-il Audi en Formula E ? Ce n’est vraiment pas son style. Renouera-t-il les liens avec Toyota pour qui il court toujours au Japon en Super Formula ? Possible. Il y a au moins un pilote à remplacer chez les Nippons.

En attendant, ce n’est clairement pas pour aller en F1 qu’Audi à décider d’arrêter brutalement son programme en WEC, mais bien pour faire des économies, même si son implication au sein du team Abt en Formula A s’intensifiera. Au grand dam du Docteur Ullrich qui déplore bien sûr cette décision et devrait en profiter pour prendre une retraite bien méritée. C’est clairement une page de l’histoire de l’endurance et du sport auto qui va se tourner, dans trois semaines à Bahrein lors de la finale du WEC que devrait remporter… Porsche !