Blessé à la jambe mais surtout victime d’une double fracture de la hanche suite à l’accident pour lequel il a injustement été jugé seul coupable samedi à Misano, notre compatriote ne pourra pas disputer les finales Blancpain Sprint Series, le week-end prochain à Zandvoort. La mort dans l’âme, il doit ainsi plus que probablement renoncer aux deux titres, Blancpain Sprint et Blancpain GT, alors qu’il allait aborder cet ultime rendez-vous en leader.

Le verdict des médecins est tombé ce lundi après-midi. Le scanner a révélé qu’en plus de sa blessure à la jambe, Laurens Vanthoor souffrait d’une double fracture à la hanche. Impossible donc pour lui de disputer la finale de la Blancpain Sprint Series, le week-end prochain à Zandvoort.

"J’ai tout essayé pour pouvoir être au départ, mais là ce ne sera malheureusement pas possible", nous a confié le pilote Audi WRT. "De l’avis même du docteur qui s’est occupé de Stefan Everts pendant dix ans, je vais devoir rester dans ma chaise roulante pendant quatre à six semaines."

Alors que, malgré son crash de samedi et son forfait dimanche dernier, il mène encore le championnat Blancpain Sprint pour huit unités (et le Blancpain GT pour 27), il devra plus que vraisemblablement renoncer à deux titres qui lui semblaient pourtant acquis avant le début du meeting italien.

"C’est vraiment dur de devoir renoncer aux couronnes de cette manière. J’espère évidemment de tout cœur que le titre reviendra à mon équipier Robin Frijns. Mais il ne sera certainement pas facile d’assister, impuissant devant mon écran, au sacre d’un pilote avec lequel vous avez partagé 90% des succès."

La seule chance (infime) de voir Laurens garder au moins une de ses deux couronnes serait que Robin Frijns n’inscrive pas une seule unité aux Pays-Bas et que Vincent Abril et Maximilian Buhk sur la Bentley N°84 ne scorent pas plus de huit points sur le week-end…

"Je reporte désormais mes espoirs sur le Championnat du Monde GT3 à Macao fin novembre. Je serai plus motivé que jamais pour prendre ma revanche et décrocher un titre mondial sur ce seul week-end. D’ici-là, je vais ronger mon frein le temps de ma convalescence."

En plus de la peine morale et physique liées à ce gros crash (le moteur de son Audi a carrément été éjecté de la voiture sous l’impact), Laurens a du mal à digérer qu’il ait été jugé seul coupable pour cet accident. Les commissaires sportifs lui ont en effet infligé une pénalité de cinq places sur la grille de Zandvoort où il ne sera pas (Frijns ne purgera pas cette sanction liée au seul pilote).

"C’est complètement ridicule",enrage-t-il. "Ce Szymkowiak (ndrl : pilote de la seconde Bentley) s’est déjà accroché avec une Lambo après deux tours et a poussé Mies dans l’herbe un peu avant. Il a aussi essayé de me tasser. Les images peuvent donner l’impression que je donne un coup de volant à droite mais c’est parce que la piste tourne à gauche. Je n’ai rien fait d’incorrect. J’étais devant et il devait me laisser la place. Dans la pire des cas, vous pouvez estimer qu’il s’agit d’un fait de course. Par ailleurs, j’étais à l’hôpital et personne n’a entendu ma version. Je luttais pour être au départ de la prochaine course et l’on me punit ainsi. Ce n’est pas très humain."


Un avis partagé par son team-manager Vincent Vosse : « Je suis choqué par cette décision, » a déclaré le patron de WRT. « Je préfère ne pas dire ici ce que je pense vraiment des gens qui ont infligé cette sanction à Laurens. Je leur exprimerai ma façon de voir les choses à Zandvoort. »

Vincent Vosse n’a pas encore souhaité nous révéler le nom du pilote qui remplacera Laurens dans quatre jours aux Pays-Bas. On sait juste qu’il ne s’agira pas de René Rast, en vacances. « Ma décision est prise mais je la dévoilerai en temps voulu. » On sait par contre que Frédéric Vervisch remplacera Enzo Ide, indisponible, aux côtés de Christopher Mies.